UQAM

Assister à ses cours avec son chien d'assistance... pas facile à l'UQAM

Publié par 14 décembre 2021
Emilie et Kallu
Assister à ses cours avec son chien d'assistance... pas facile à l'UQAM
00:00
00:00

Souffrir de stress post traumatique et se voir refuser l'accès à l'université avec son chien d'assistance... c'est précisément ce qu'Émilie, une étudiante en arts, a vécu. Elle a dû mener une longue bataille avant d’obtenir le droit d’entrer à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) accompagnée de son chien d’assistance.

Les chiens d’assistance sont un moyen efficace et reconnu pour venir en aide aux personnes vivant avec un handicap physique ou psychologique. Cependant, leur acceptabilité sociale demeure limitée, et un flou juridique demeure quant à l'accréditation de ces chiens.

Selon le règlement 10 de l’université, seuls les chiens guides pour personnes non voyantes sont permis sur le campus. Outre l'aspect discriminatoire de ce règlement, il permet à l'UQAM de décider au cas par cas, en passant par le Bureau de l'inclusion et de la réussite étudiante (BIRÉ), qui aura droit à son chien, et qui doit s'en passer. À l’exception des chiens Mira, l’acceptation des chiens d’assistance accrédités par des écoles comme Handi’chiens, Psy’chien, Chien Togo et autres reste donc très aléatoire.

Émilie a dû passer par un long processus et plusieurs refus avant de pouvoir assister à ces cours avec Kallu, son grand compagnon poilu qui lui permet de décompenser en cas de crise. Elle souhaite aujourd'hui alléger la procédure pour les prochains, qui comme elle, ont besoin de leur chien pour leur sécurité et leur bien-être.

Laurence Taschereau et Laurent Côté dressent le portrait de la situation.

Crédit Photo: Stepoh (Facebook)

Pourrait vous intéresser

PRIMEUR: le nouvel EP "Tout est parfait: acte un", de Thaïs
Le marché immobilier locatif, un milieu discriminatoire ?
Communauto en tête de piste
Une réalisatrice qui n'a pas peur des mots...
La Maison Ronde, le café autochtone qui réchauffe le centre-ville
Des artistes inspirant.e.s sur le Black Carpet
Et pour toi, ça signifie quoi d’être une femme en 2022?
La violence comme vecteur d'itinérance chez les femmes
É DITO 14 février
Amour
Et si l’amour se multipliait…
Quelques valises et un Tombak
Prévenir les féminicides par l'éducation
Les femmes encore sous-représentées dans le cinéma québécois
La fraude alimentaire...pas facile à détecter
L'engouement pour le SLAM