L'art électronique : du pareil au même à travers l'Amérique

14 août 2018 publié par Camille Foisy

L'art électronique : du pareil au même à travers l'Amérique

Si vous pensiez que la littérature électronique était un sous-genre méconnu, et bien, qu'en est-il alors de l'art numérique de l'Amérique Latine ?

Ce dimanche, c'est à l'agence TOPO que le public montréalais a pu gouter aux multiples saveurs du Collectif Andamio, composé de Jessica Rodrigez, Rolando Rodrigez, Manual Zirate et Alejandro Brianza. À la veille du Festival ELO (Electronic Literature Organisation), le quatuor joint de l'artiste mexico-montréalais Rodrigo Velasco présentait l'événement Calles pour donner le coup d'envoi du symposium sur l'art électronique.

Le but de leur présence : ajouter le point de vue de l'Amérique Latine dans un colloque qui oublie trop souvent l'existence des idées du Sud. En résidence durant une semaine en plein coeur du quartier Rosemont, le groupe a pu rependre leur projet Calles qu'ils ont réadapté à l'univers de Montréal. Jessica Rodriguez nous explique ce qui a été présenté dimanche dernier.

C'est sur deux écrans placés face à face que nous avons pu voir la production regroupant les talents des 4 collaborateurs: sons, images et textes additionnés de programmation en direct de Rodrigo Velasco qui mettait en valeur certains termes intégrés dans l'oeuvre.

L'ordre de chacun de ces éléments est laissé au hasard ce qui donne place à une trame narrative différente à chacune des représentations. Pour Rolando Rodrigrez malgré que chaque artiste travaille de son côté, on retrouve une unicité lorsqu'on arrime les productions de chacun ensemble.

Bien qu'ils allient la multidisciplinarité des membres, il reste difficile de définir exactement ce qu'Andamio nous propose.

Performance ? Installation numérique ? Littérature électronique ? Utilisez les mots que vous voulez, pour le collectif ça n'a pas vraiment d'importance et même que ce flou de terminologie leur permet d'accéder à davantage de festivals. C'est ce que Jessica Rodriguez nous explique.

Un autre élément de la production qui laisse le public en suspens, le public montréalais du moins, c'est la langue utilisée. En plus, de devoir lire les codes et établir un lien entre les trois trames présentées, la forme littéraire de l'oeuvre est lue en espagnole. Cela reste tout de même un choix délibéré du collectif qui souligne qu'il n'est pas obligatoire de comprendre exactement les mots ou le sens d'une oeuvre pour s'en sentir imprégné.

Jessica Rodriguez ajoute que dans cette idée d'unicité entre culture et pays que leur art reproduit, la langue n'est qu'un infime élément qui en témoigne. Après avoir présenté leur oeuvre Calles dans différentes villes du monde, le collectif Andamio soutient que Montréal est une ville comme une autre, que les images qu'on présente durant la production pourraient être trouvées partout dans le monde.

Malgré une végétation plus importante qu'à Mexico et une mentalité plus libertine, Montréal n'est pas si différent qu'ailleurs et c'est ce qu'on a pu voir dans la performance présentée dimanche.

Une langue différente, des concepts hors de l'ordinaire et éclatés, il est difficile de prévoir comment l'oeuvre du collectif Andamio sera reçue à Montréal. Pour sa part, Rodrigo Velasco qui a travaillé pendant un an dans notre métropole confie que ses oeuvres ont toujours été bien reçues, et ce, grâce à la multiethnicité de la ville.

La route ne s'arrête pas ici pour le collectif Andamio et l'artiste Rodrigo Velasco. Tous deux présenteront une production unique dans le cadre du festival ELO ce vendredi. De quoi donné un aperçu des oeuvres universelles de l'Amérique Latine qu'on sous-estime un peu trop souvent dans les conférences internationales.


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Coup d’envoi du Festival en Chanson de Petite-Vallée : Hubert Lenoir laisse sa marque

29 juin 2018 publié par Camille Foisy

Électrisant, viscéral et inspirant ne sont que quelques mots pour décrire le spectacle sorti tout droit d’un autre univers qu’a donné Hubert Lenoir le 28 juin à la soirée d’ouverture du Festival en Chanson de Petite-Vallée en...

Plus de détails
Nouvelle

100 millions d'idées : une campagne pour les étudiant.e.s ?

22 janvier 2019 publié par Camille Foisy

Le 17 janvier 2018, Magda Fusaro, rectrice de l'UQAM, annonçait le début de la campagne 100 millions d'idées ; campagne de financement de la fondation de l'UQAM ayant pour objectif d'amasser 100 millions de dollars en 5 ans. Un an plus tard, la fondation a déjà...

Plus de détails
Nouvelle

Un an après l’incendie : la flamme de Petite-Vallée ne s’éteint pas

02 juillet 2018 publié par Camille Foisy

Le retour du Festival en Chanson de Petite-Vallée rappelle aussi aux citoyens du village de la Gaspésie les douloureux souvenirs de l’incendie du Théâtre de la Vieille Forge et de l’auberge de la maison l’hebreux. Ces infrastructures n’ont pas...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8