Éditorial : La peur du 4e pouvoir

01 février 2019 publié par Camille Foisy

Éditorial : La peur du 4e pouvoir

Dans la volée du mouvement des gilets jaunes, on remet en question de plus en plus le pouvoir des médias ; sont-ils uniquement des produits de l’élite, sont-ils neutres ou encore oublient-ils de couvrir les enjeux qui rejoignent certains groupes marginalisés ?

Une étude conduite par Kandar pour le média français La Croix et publiée il y a quelques semaines souligne justement cette perte de confiance. Dans cette étude, la radio obtient seulement 50 % du niveau de confiance de la population, la presse écrite ; 44%, la télévision ; 38% et internet seulement ; 25%. Bien que cette étude ait été réalisée en France, certains groupes refusent également d’accorder des entrevues aux médias au Québec, et ce, peu importe leur appartenance.

Je suis donc dans l’impression qu’une petite mise au point est requise. J’ai la forte conviction que d’arrêter de croire en ce qu’on appelait autrefois les « chiens de la démocratie » affecte certainement notre démocratie. Refuser de croire les médias c’est oublié la mise en confrontation d’idées dans un même texte, c’est dire au revoir aux opinions d’expert pour critiquer le pouvoir en place, c’est négliger l’objectif principal des médias d’être le lien entre le pouvoir et le peuple pour aider la société à orienter son vote dans notre système politique.

Est-ce que les médias sont tout de même critiquables ? Certes. Certains médias de masse sont la propriété de directeur d’entreprise ce qui peut effectivement teinter la ligne éditoriale de certains journaux. Or, ce n’est rien comparativement au début du 20e siècle où la majorité des médias appartenaient à des partis politiques ou même, plus récemment, à certains blogueur.se.s qui se font payé.e.s par des entreprises pour « critiquer » leur produit.

 

La priorité à l’opinion

Plusieurs journalistes se sont attardé.e.s sur la question pour comprendre ce qui causait ce manque de confiance. Certain.e.s blâment la course aux primeurs tandis que d’autres accusent les entreprises qui tirent les ficelles des différents médias (allo Québécor). Dans mon cas, je crois que le problème réside dans l’apologie de l’opinion.

Les médias d’information et la propriété intellectuelle n’échappent pas à la mode d’une époque où la consommation est rapide et éphémère. Entre métro, boulot, dodo, les citoyen.ne.s n’ont pas le temps de réfléchir à nos grands enjeux de société. Ils-elles attendent alors qu’on leur offre sur un plateau d’argent une vidéo Facebook avec des arguments tout faits pour expliquer ce qu’ils-elles devraient penser.

Les entreprises de presse sont bien au courant du phénomène. La majorité privilégie alors la chronique aux textes classiques, parce que c’est ce qui attire le clic. Alors, comment croire qu’un média n’a aucun biais lorsque ce qu’on nous enfonce dans la gorge comme citoyen.ne ce sont des textes d’opinion à la pelletée ?

Je comprends et partage cette crainte de la promotion d’une information ouvertement subjective. J’ai par contre toujours de la difficulté à saisir pour quelle raison il faudrait privilégier le live Facebook du voisin aux chroniques de journalistes de formation qui risquent de se faire lapider sur la place publique s’ils-elles osent répandre une fausse nouvelle qui nuit à un groupe ou une personne.

Je n’ai pas de solution miracle pour la perte de confiance en vers les médias. Je la comprends certainement, mais je crois que de se fier uniquement aux réseaux sociaux comme le suggèrent certains groupes d’envergure est bien pire. Devrons-nous donc attendre que les robots prennent le pouvoir et s’occupent de produire les textes de nouvelles pour nous ?


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

100 millions d'idées : une campagne pour les étudiant.e.s ?

22 janvier 2019 publié par Camille Foisy

Le 17 janvier 2018, Magda Fusaro, rectrice de l'UQAM, annonçait le début de la campagne 100 millions d'idées ; campagne de financement de la fondation de l'UQAM ayant pour objectif d'amasser 100 millions de dollars en 5 ans. Un an plus tard, la fondation a déjà...

Plus de détails
Nouvelle

Un an après l’incendie : la flamme de Petite-Vallée ne s’éteint pas

02 juillet 2018 publié par Camille Foisy

Le retour du Festival en Chanson de Petite-Vallée rappelle aussi aux citoyens du village de la Gaspésie les douloureux souvenirs de l’incendie du Théâtre de la Vieille Forge et de l’auberge de la maison l’hebreux. Ces infrastructures n’ont pas...

Plus de détails
Nouvelle

Être féministe et raélienne, c'est possible ?

27 août 2018 publié par Camille Foisy

Ce dimanche, 26 août, avait lieu le GO Topless Day, comme chaque année. Et comme chaque année, des femmes de partout dans le monde se réunissaient pour enlever leur chandail et se joindre à la masse d'hommes qui ressentent le besoin de se promener en "chest" en...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8