Éditorial : donner la voix aux jeunes lorsqu’il est question d’environnement ?

31 mai 2019 publié par Camille Foisy

Éditorial : donner la voix aux jeunes lorsqu’il est question d’environnement ?

L’environnement : voilà le thème du conseil général de la CAQ qui se déroulait du 25 au 26 mai. Les sujets qui ont été abordés : l'expansion de l’hydroélectricité, la réduction d’exploitation du pétrole et l’amélioration du transport collectif. Des propositions bien beiges face aux prises de position colorées des groupes de jeunes militants contre les changements climatiques.

Devoir Environnemental Collectif (DEC) a proposé dans un manifeste le 9 mai dernier entre autres de bannir le plastique à usage unique, d’instaurer un programme relatif à l’environnement dans les Cégeps et l’adoption concrète de loi climatique pour atteindre les cibles établies par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GEIC). Bien que François Legault ait accepté de rencontrer les militants le 26 mai, le premier ministre a tout de même conservé l’hydroélectricité comme priorité pour freiner les changements climatiques. Une méthode de production d’énergie qui ne fait aujourd’hui pas l’unanimité comme énergie verte chez les militants.

Le regroupement collégial DEC s’inscrit dans un mouvement beaucoup plus grand que des cégépiens fâchés. Entouré des collectifs Pour le Futur MTL et La Planète s’invite à l’Université, ils sont des milliers de jeunes à se retrouvés dans la rue (tous les vendredis pour les jeunes du secondaire de Pour le Futur MTL) pour faire entendre leur voix sur les changements climatiques depuis le début du printemps.

Et le Québec ne fait pas exception. La province s’inscrit dans un mouvement mondial où les jeunes se mobilisent pour faire pression sur les instances gouvernementales pour parler de leur (notre) futur. Le 15 mars dernier, ce sont des étudiants de près de 100 pays qui ont fait la grève pour la protection de l’environnement.

Et si je vous dis Greta Thunberg, ça vous dit sonne une cloche ? C’est la jeune suédoise de 15 ans qui a pris parole à COP24. Du haut de son adolescence, elle devient le visage en occident (du moins) des militants contre les changements climatiques.

En ce moment les étudiants se mobilisent et je crois que les gouvernements devraient en tirer quelque chose.

Notre avenir, notre angoisse

Après avoir navigué sur les interweb, il devient de plus en plus absurde pour moi de laisser des gens prendre des décisions qui ne semblent pas les inquiéter plus qu’il le faut.

Pensons à l’écoanxiété par exemple. Loin de moi l’idée de banaliser l’écoanxiété vécut par les plus vieux. Par contre c’est un phénomène plus répandu chez les jeunes selon l’American Psychological Association. Un sondage de la firme d’analyse américaine Gallup confirme cette affirmation en indiquant que «70% des Américains âgés entre 18 et 34 ans sont inquiets par les changements climatiques» comparativement à 56% des 55 ans et plus. Selon la même étude, ce n’est que 29% des quinquagénaires et plus qui pensent que les réchauffements climatiques constitueront une menace sérieuse dans leur vie.

Sachant que l’âge moyen des député.e.s à l’Assemblée nationale est de 50 ans, il est légitime de se demander si les membres du parlement considèrent que la protection de l’environnement est une réelle priorité. Ce constat prend d’autant plus de sens lorsqu’on fait un pas en arrière pour retourner aux élections de 2018.

À l’automne dernier, 11 groupes environnementaux, dont l’organisme Équiterre et la fondation David Suzuki, ont établi 23 priorités environnementales sur lesquelles les 4 partis politiques en course ont été invités à prendre position. On pouvait y lire des propositions telles que «éliminer les subventions aux combustibles fossiles»  ou «adopter un moratoire sur le dézonage des terres agricoles». La CAQ avait alors promis de répondre à 2 de ces priorités comparativement à 17 promesses de la part de QS, 12 du PQ et 3 du PLQ.

En gardant ceci en tête, je me demande pourquoi, lorsqu’on parle d’environnement, la voix n’est pas donnée à ceux et celles dont le futur sera assurément impacté : les jeunes. Selon le document Mental Health And Our Changing Climate: Impacts, Implications, And Guidance de l’American Psychological Asoociation, la ville de Boulder au Colorado travail avec des jeunes de la ville pour développer leur perception de la résilience de la région aux changements climatiques. Ceux et celles-ci sont appelé.e.s à partager leurs idées et recommandations avec des leaders politiques.

Si ça fonctionne ailleurs, pourquoi pas ici ?


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Éditorial : La peur du 4e pouvoir

01 février 2019 publié par Camille Foisy

Dans la volée du mouvement des gilets jaunes, on remet en question de plus en plus le pouvoir des médias ; sont-ils uniquement des produits de l’élite, sont-ils neutres ou encore oublient-ils de couvrir les enjeux qui rejoignent certains groupes marginalisés ? Une...

Plus de détails
Nouvelle

Vin urbain : un projet en pleine floraison

03 août 2018 publié par Camille Foisy

Après avoir passé son premier hiver, le projet Vignes en ville, seul projet de culture de vignes à Montréal, bat son plein. En saison estival où les raisins commencent à changer de couleur, les vignes se préparent pour la récolte. Un...

Plus de détails
Nouvelle

FTA: Terrain de jeux, terrain de débats

07 juin 2017 publié par Camille Foisy

C'est on ne peu plus clair, le Festival TransAmérique se veut initiateur de changement. Les activités gratuites proposées, ces "terrains de jeux" dans le jargon, ont d'autant plus leur place dans la programmation puisqu'elles servent de terreau favorable aux discussions qui...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8