Nouveau v379
Mission encre noire

Émission du 8 décembre 2020

Mission encre noire Tome 29 Chapitre 344. Faire les sucres de Fanny Britt paru en 2020 aux éditions Le cheval d'Août. Adam Dumont a failli mourir stupidement à Martha's Vineyard. Sa planche de heurte salement le genou d'une jeune femme sur le bord de la plage. Il coule. Depuis, il n'a plus le goût à rien. Son restaurant branché, son émission de télé à succès, son couple, ses enfants, tout semble lui échapper brusquement. Si ce n'est le besoin viscéral de s'acheter cette érablière qui pourrait peut-être le soulager. Marion s'étonne encore de la vitesse à laquelle leur projet de famille idéale prend l'eau. Prendre un amant changera-t-il les choses ? Célia se tord de douleur, suite à l'accident, ce qui l'étonne néanmoins c'est la présence en elle d'une rage pesante comme une vague terrible et menaçante. Inquiète, elle ne manquera pas de jeter un regard cinglant sur sa situation. La plume tendre et acérée de Fanny Britt menace le fébrile château de carte élaboré par ce couple dont la vie est auréolée de succès. En multipliant avec habileté les points de vue, l'écriture corrosive nous immerge efficacement dans un univers de privilèges qui peu à peu s'étiole. Pendant ce temps, le niveau de la mer monte et personne ne sera épargné, Célia le sait si bien. je reçois Fanny Britt, ce soir, à Mission encre noire. Extrait: « «C'est toi le boss», disait-il invariablement. Adam s'était demandé s'il se faisait niaiser et si cette déclaration d'obéissance répétée de la part de Sylvain ne constituait pas sa façon de lui faire comprendre que tout ça était ridicule: l'érablière, la cabane à sucre, les grands projets qui prenaient les hommes de son acabit quand ils vieillissaient et avaient trop de moyens. Et la notion de boss, tout aussi risible. Si boss il y avait, c'était d'abord la forêt, le climat, puis l'union des producteurs de sirop d'érable, et loin derrière, l'acériculteur. Et Sylvain le savait, et en disant «C'est toi le boss, boss», il établissait surtout qu'Adam, lui, n'y connaissait rien.» Liv Maria de Julia Kerninon paru en 2020 aux éditions Annika Parance Éditeur. Élevée sur une île bretonne par un marin de commerce norvégien, amoureux de littérature et une mère tenancière de café, solide et fière, Liv Maria a plusieurs atouts pour affronter la vie. Sans destination particulière, les circonstances vont la mener à Berlin, puis sur le continent sud américain et en Irlande. Amoureuse insatiable, passionnée inlassable, elle va croquer à pleines dents dans ce que le destin lui offre de rencontres et d'expériences en tout genre. Elle accostera les rives de l'amour sous différents visages, de l'amoureuse du professeur d'été, à l'aventurière aux poignets d'or, en passant par la madone installée dans une vie d'épouse. Mais un seul visage reviendra sans cesse la hanter, malgré tout, un secret qu'elle aurait souhaité, lâchement, enfouie à jamais. Jeune berlinoise ou en demi-Norvégienne souriante et mystérieuse, Liv Maria sait que la vie ne vaut d'être vécue sans amour. Ce magnifique portrait très romanesque se déguste avec gourmandise, les doigts encore collants d'impatience. Julia Kerninon est invitée à Mission encre noire. Extrait: « Elle avait débarqué à Santiago du Chili avec une valise légère, un coeur lourd et un dictionnaire d'espagnol. Elle avait pris une chambre en ville. Elle avait d'abord trouvé du travail comme plongeuse dans un restaurant, ensuite, quand son espagnol était devenu meilleur, comme serveuse, et puis, des fourmis dans les jambes, elle avait quitté la capitale pour monter plus au nord, jusqu'à la région de Coquimbo, où elle avait entendu dire qu'on cherchait du monde pour la cueillette des fruits. Elle voulait utiliser ses bras. Dans la vallée d'Ovalle, elle avait cueilli du raisin et des poires, tout le temps de la récolte, avant de monter encore plus haut, vers l'Atacama, pour les myrtilles. Six semaines durant, elle s'était écroulée soir après soir sur son matelas les doigts bleu-noir, le dos brisé. Pour la première fois depuis son retour de Berlin deux ans plus tôt, elle avait recommencé à faire l'amour, avec des collègues, des journaliers, des américains en voyage. Son corps se réveillait d'un long sommeil, le jour elle le dorait au soleil et la nuit elle l'épuisait.»

Feuille de route

Tous les épisodes

Mission encre noire 07 juin
Émission du 7 juin 2022
Mission encre noire Tome 35 Chapitre 385. Les pénitences par Alex Viens paru en 2022 aux éditions Le cheval d’août. Lorsque Denis verrouille la deuxième serrure et met la clé dans sa poche, Jules regrette son choix. Elle s’est présenté à contre cœur devant l’appartement de son père après un silence de dix ans. Ce qu'elle tient dans la main, un objet lourd de conséquence et de tourment, pourrait bien réveiller le monstre. Elle doit le lui remettre. Ce qui devait être une visite rapide dérape dans un crescendo de violence bien connu. Résignée, elle doit affronter ce qui l’attend dans cette pièce mal ventilée. Denis et Jules se rejoue la scène d’un pitoyable théâtre mille fois répétée. Ceci en est l’apothéose finale. Jules ressuscite ses années noires. La séparation de ses parents, l’horreur qui s’immisce dans le petit quatre et demie de l’est de Rosemont, les deux sœurs souvent enfermées pendant des heures, les punitions et la fuite. Le ton monocorde de l’auteurice reste sec alors que son personnage se confronte à l’autorité imbécile d’un père aux abois. Portées par la voix de Robert Smith des The cure, le récit prend des allures de thriller virant au cauchemar. Pour un premier roman, on devient vite accroc à l’écriture vigoureuse d’Alex Viens, qui revisite sans complaisance sa propre histoire et règle quelques comptes au passage. Alex Viens est invité à Mission encre noire. Extrait:« Jules s'est rassise sur le divan, l'air sage. La porte pourrait s'ouvrir d'une seconde à l'autre. Elle est prête. Quand Denis sortira, il ira s'asseoir sur le sofa avec sa fille, lui dira que la crise a assez duré, qu'ils ne gagnent rien à rester coincés ensemble dans cette prison de mélamine. Jules espère que Denis devine à travers la porte la soudaine docilité de sa fille, et qu'il lui ouvre son coeur et ses bras pour l'inviter à se réconcilier, malgré tout, comme le font les gens équilibrés qui désirent se parler à Noël autour des crevettes cocktail. Pour rétablir le calme, il incombera à Jules de demander pardon en assumant seule toute l'agressivité de cette soirée, comme on le lui a appris. Elle endossera le rôle de petite fille sage et Denis constatera qu'elle a appris sa leçon, qu'il a eu raison de l'enfermer pour qu'elle reconnaisse enfin être à l'origine de l'alcoolisme rampant de Charlie et convienne que le corps de sa soeur broyé par la voiture n'était pas seulement un accident causé par un amour héréditaire de la bouteille, mais bien une conséquence directe de sa lâcheté. Jules répète mentalement son discours afin de le réciter de manière convaincante lorsque Denis lui demandera de s'excuser, comme il l'a toujours fait après avoir laissé ses filles réfléchir quelques heures dans leur chambre.» Moebius 173. «Je cultive je jardin de la furie» un numéro dirigé par Lula Carballo et Olivia Tapiero. Si cultiver, c’est remuer la terre, notre terre intime, notre passé, nos mythes, en gardant à l’esprit l’inévitable finitude des choses, cultiver, c’est également en récolter les fruits. Ce numéro dont la citation phare est tirée d’un vers d’Alejandra Pizarnik publié dans son recueil de poésie Poesia completa paru chez Lumen en 20211, évoque la fureur, ce sentiment de colère sans mesure, de délire, de frénésie qui s’emparent des plumes des auteur.i.c.e.s ici présent.e.s: Marie Audran, Amélie Bélanger, Aglaé Boivin, Nicole Brossard, Geneviève Dufour, Audrey-Ann Gascon, Alegria Gobeil, Marc-Olivier Hamelin, Rosy L. Daneault, Benjamin Lachance, Ayavi Lake, Rachel Larivière, Nathalie Vanderlinden. Nicholas Dawson nous donne accès à une visite inédite de l'atelier et à l'art de Manuel Mathieu, l'artiste en résidence. Marie-Célie Agnant est l'écrivaine en résidence, Luba Markovskaia s'empare de la rubrique Création. Blaise Ndala, celle de la lettre à un.e écrivain.e vivant.e. Les co-pilotes de ce nouveau numéro de la revue Moebius, Lula Carballo et Olivia Tapiero sont à Mission encre noire.  Extrait:« Mais regardez-la la fille avec sa langue morte sur son plateau. Regardez bien, car il y a quelque chose qui existe entre le texte de la fille qui a écrit le livre et cette histoire: ça s'appelle le carnaval. C'est comme le fracas: l'éditeur aime le carnaval, mais seulement dans les livres. Dans le livre merveilleux, il y a un gros carnaval au coeur d'une propriété au terme duquel tous les exploités prennent la fuite, parce qu'ils ont endormi la vigilance des patrons en leur faisant boire du whisky, et que ceux-ci se sont écroulés dans leur ivresse. Alors regardez bien la fille avec sa langue qui convulse sur son plateau. Si vous regardez de plus près, la fille n'est pas toute seule. Il y a plusieurs filles qui viennent de l'horizon et du soleil. Elles apportent des langues mortes et violettes sur des plateaux en argent qui font briller le désert. Elles sont nombreuses. Et ce ne sont pas que des filles. Comprenez: là, ce qui nous intéresse, c'est pas le fracas imprimé, c'est le fracas en off, le fracas en coulisse, le magma encore sourd, encore enterré, la convulsion. Ce qui nous intéresse, c'est le vrai fracas qui effrite vraiment la réalité contrôlée sur Instagram et vendue aux magazines, aux journaux et aux libraires. Regardez bien, car c'est imminent: il est maintenant question de transformer la sidération que provoque la vue de la langue arrachée sur le plateau, en action.» Marie Audran, Regardez-la la fille Moebius 173.
60 min
Mission encre noire 24 mai
Émission du 24 mai 2022
Mission encre noire Tome 34 Chapitre 184. La guerre est dans les mots et il faut les crier par Florian Grandena et Pierre-Luc Landry avec des illustrations d’Antoine Charbonneau-Demers, paru en 2022 aux éditions Triptyque dans la collection Queer. Queer nous sommes, queer nous resterons. Florian Grandena et Pierre-Luc Landry se permettent de jeter un pavé dans la mare stagnante du conformisme ambiant de la société hétérroriste en écrivant ensemble un ouvrage plus que nécessaire. Ce livre est un coup gueule bien senti, un appel à la résistance queer qui fait du bien. Car il y a urgence. Vous trouvez que les mots sont trop forts, que j’exagère, vous n’avez encore rien lu. La bataille engagée sera langagière et sémantique ou ne sera pas. Ces deux universitaires, professeurs, chercheurs, débordés, fatigués et énervés prennent leur courage à quatre mains pour dénoncer les systèmes langagiers normatifs, autant dans le cadre de l’université, de la culture populaire, des médias, qu'au sein même de la communautés LGBT. Bien entendu l'univers des partis politique est scruté à la loupe, qu'il soit français ou québécois, et plus particulièrement lorsqu'il se revendique de positions idéologiques uber-conservatrices et néofascistes. Ce livre est un exercice de survie en milieu hostile. Voir le monde côté queer, c’est faire un choix politique, c’est faire acte de vie et de militantisme. Ne soyons pas dupes, si La guerre est dans les mots, il faut bien reconnaître que certaines positions défendues ici ne pourraient pas plaire à tout le monde. Si le livre s’achève sur ces mots: Aimons-nous. C'est que l'espoir existe. Ce soir, à Mission encre noire, je reçois Florian Grandena et Pierre-Luc Landry. Extrait:« Sachez que nous ne nous taisons jamais sans serrer les poings. Nous sommes des millions à le faire tous les jours: personnes racisées, femmes, gays, bisexuel.l.e.s, lesbiennes, personnes trans, personnes à mobilité réduite ou en situation de handicap physique ou mental, Autochtones, Inuit, membres des Premières Nations, travailleur.euse.s du sexe, personnes en détention, migrant.e.s et réfugié.e.s, personnes sans domicile fixe, groupes marginalisés économiquement etc. La liste est longue des exclu.e.s du patriarcat hétéronormatif, de celleux que vous insultez au quotidien par vos gestes, vos paroles et votre fucking demeanor de dominant.e.s. Parfois, et c'est là qu'elles peuvent être surprenantes et fourbes, ces microagressions viennent d'individus animés d'intentions honnêtes (nous nous méfions souvent autant des bonnes intentions que de la tolérance). Nous n'avons pas de bonnes raison de perpétrer le silence, non. Entendez. Parce que nous parlons - nous écrivons. Nous sommes en train de dire les choses. Et quand nous aurons terminé, notre histoire vous appartiendra ; vous en serez responsable ; vous ne pourrez plus faire semblant, comme l'écrit Thomas King dans The Truth About Stories (2003)...Vous ne pourrez plus dire:« Ah, mais je ne savais pas...» L'ignorance n'est jamais une excuse. Entendez-nous.» Ennuagée par Alizée Goulet paru en 2022 aux éditions Triptyque. Le ventre gronde dans ce premier recueil. À force de le vider, de lancer son repas par les nuages, sur le chemin entre la cuisine et la salle de bain, Alizée Goulet confronte les bouleversements de ses troubles alimentaires. Ennuagée, l’autrice au prise avec ses orages intérieurs s’écoute faner. La maladie est une ombre qui revient visiter les lieux du désastre dans un monde matériel presque en ruine ou en train de sombrer. Pour survivre, Alizée Goulet s’intéresse au cri qui habite au centre de ses terreurs, à la peur de mourir de faim, angoissée de perdre l'unique lien qui la tient encore en vie, l’amour. Pourtant, elle ira au bout d’une certaine frayeur d’exister, d’altérer sa relation avec son amoureux.s.e, d’écouter sa thérapeute lui engendrer d’habiter le réel. Il lui suffirait, paraît-il, de capturer des pensées faciles pour entreprendre le matin. Malgré que depuis l’enfance son corps, ses os, sa chair forme une demeure fragile, prompt à s’écrouler, du profond des gouffres qui menacent de la submerger, une voix fragile, lucide et délicate énonce un verdict sans condition: Je m’adresse à qui je deviens, à ce qui pourrait devenir. Pour rebâtir mes écroulements. Je reçois, ce soir, à Mission encre noire, Alizée Goulet. Extrait:« Mes mains devant la lampe du salon, je joue avec l'ombre, la rappelle à moi. J'admire comme elle évolue, sans m'engager, indépendante de mes actes, de la quantité de mes défaites. J'aimerais partager un peu de ma matérialité avec elle, connaître ses voyages souterrains, en silence, son existence virtuelle.//Je maigris beaucoup dans mes rêves, les ombres me suivent, m'entourent, elles m'acceptent comme l'une des leurs.»
60 min
Mission encre noire 17 mai
Émission du 17 mai 2022
Mission encre noire Tome 34 Chapitre 383. Mille secrets mille dangers par Alain Farah paru en 2021 aux éditions Le Quartanier dans la série QR. Alain se marie. Le 07 juillet 2007. À ses côtés en la crypte de l’oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal il y a Virginie bien sûr, mais aussi son père, sa mère, Édouard, son cousin mécanicien. Tout le monde est là. Le plus beau jour d'une vie. Pour lui, pour eux, pour elle. L’absente. Celle qui meurt à la fin comme dans toute bonne tragédie, Myriam, l’amie, l’aimée. Alors que Shafik Elias parcourt la salle du regard à la recherche de son fils, à la fin de son discours, c'est toute une vie qui se déroule sous ses yeux. Le temps semble vouloir s'étirer indéfiniment, les secondes et les minutes comptent double deux fois lorsque l'auteur s'empare de ce qui se trame hors cadre autour de la cérémonie. Certes, Il y aura l’air sur la corde de sol de Bach, le chœur des fiançailles de Wagner, puis la Marche nuptiale de Mendelssohn. Pourtant, Alain le double de Farah, ne se présentera pas en mustang blanche, il se brisera une dent au mauvais moment, quant aux anneaux en or dix-huit carats, ils se trouveront quelque part entre la boîte à gants de la remorqueuse et le quatrième étage de l’Oratoire Saint-Joseph. Mille secrets mille dangers est le récit de la journée de mariage d’un homme, qui n'a rien d'ordinaire, malgré lui. La preuve, il ne connaît même pas son vrai nom. Pas encore. Tout ce qu'il a voulu oublier ressurgira au grand jour. Quelle aubaine pour un écrivain ! Il lui faudra raconter toutes les histoires; même et surtout celles qui fâchent. C'est drôle, tragique et surprenant. Assis sur la bol des toilettes, dans un char les yeux dans ceux de son père, Alain Farah renoue avec des scènes oubliées, il trouve le ton parfait, se joue du temps comme de la forme, il fait de la littérature. Je reçois, ce soir à Mission encre noire, Alain Farah. Extrait:« Depuis des mois, je me couche de bonne heure, mais ça ne change rien: chaque soir je me mets au lit et je suis pris de frissons, de tremblements. Les plinthes chauffantes ont beau rester allumées en permanence, le frimas recouvre peu à peu les vitres de la chambre. Bénédicte s'est réveillée tout à l'heure, elle saignait du nez. Vir et moi regardions le téléjournal, et je l'ai vue apparaître du coin de l'oeil, petite silhouette claire dans la quasi-obscurité du salon. Je saigne du nez, papa, m'a-t-elle dit, me montrant ses doigts tachés de rouge. J'ai pris un mouchoir, je l'ai trempé dans mon verre d'eau et j'ai aidé ma fille à se nettoyer. Ça saignait déjà plus. Aux nouvelles, c'était les attentats de Charlie Hebdo. Notre appartement n'a rien de spacieux, quelques pas séparent le salon de la chambre de Bénédicte. Je l'ai raccompagnée jusqu'à son lit. Avant que je ne l'embrasse et retourne suivre le reportage, elle m'a fait promettre que je n'allais jamais mourir. Je suis là, mon amour, je suis là. Elle a hoché la tête et ajusté ses couvertures. Enfin, elle a fermé les yeux. Je me suis penché pour poser mes lèvres sur son front. Toutes les  nuits, depuis des semaines, je me réveille transi. Je sens la panique revenir: je tremble. Je jette un coup d'oeil à mon radio-réveil: peu importe l'heure, le temps est suspendu. Peu importe si c'est par le truchement de cet appareil que j'ai appris la mort de René Lévesque, la chute du mur de Berlin, le début de la seconde guerre du Golfe, ou encore, l'automne dernier, l'assassinat, près du cénotaphe à Ottawa, d'un réserviste par un jeune homme décidé à faire le jihad, l'histoire pour moi est figée.» Les rêves du Ookpik par Étienne Beaulieu paru en 2022 aux éditions Varia dans la collection Proses de combat. Qu’est-ce que le territoire? Même si les langues européennes, parfois, manquent de mot, Étienne Beaulieu s’y essaie. Un ookpik, une sorte de hibou fabriqué à la main avec une peau de phoque. Cette peluche offerte par son père souvent absent, devient le catalyseur de la réflexion de l'auteur. Pour le ramener symboliquement dans son foyer d'origine, le Nunavik, Étienne Beaulieu se donne pour objectif de retrouver la trace des ancêtres, de leur rêves. Elleux seul.e.s pourront mieux définir ce qu'est la terre. Ce qu'elle représente pour nous. Porté par un rêve inédit d'orignal lors d'un séjour dans la réserve de Matane, l'auteur saisie le message: rien ne doit être détruit. S’ensuit une des nombreuses réflexions qui traverse cette méditation écologique. Les rêves du Ookpik se révèlent être un exercice plus que nécessaire en ces temps où notre relation à la terre, au pays, à la nation semble plutôt misérable. Parler du territoire, c’est ainsi aller à la rencontre de tou.t.e.s ceux et celles qui y vivent, de tous ces peuples qui le constituent. Des premières nations aux inuit mais aussi les Vikings, les Basques, les Bretons, les européens, les colons et bien d’autres voix enfouies dans le sol depuis des siècles. Ils se retrouvent dans ces pages pour témoigner d’un imaginaire de la terre en exil depuis trop longtemps. Pour ce faire nous allons parler de forêt, d’art, d’amour peut-être en compagnie d’Étienne Beaulieu qui mon invité, ce soir, à Mission encre noire. Extrait:« Je ferai ici une sorte d'ethnologie de moi-même, une enquête sur ma tribu si infatuée d'elle-même qu'elle oublie d'où lui viennent ses prétentions. Notre rapport au territoire se révèle de la même façon: nous habitons sur une parcelle de terre qui en sait plus long sur nous que nous-mêmes. Bedagi ou Big Thunder, un Abénaki qui vivait au tournant du XXe siècle, essayait d'expliquer à des Blancs interloqués, au soir de sa vie, que les arbres parlent, que la terre est une mère qui guérit par son chant. Le discours scientifique nous a appris à nous méfier de ce genre de prétention guérisseuse et de ce que l'on qualifiait jusqu'à tout récemment d'animisme, en désignant avec dédain ces croyances supposément infondées. C'est maintenant la science qui nous apprend exactement le contraire et c'est Bedagi qui avait raison et tous les Autochtones avec lui: oui, les arbres parlent, ils communiquent par un réseau fongique souterrain, ils partagent des ressources par leurs racines, se préviennent du danger, élèvent les plus petits, ont des relations, oui, la terre guérit, elle a le secret de tous les maux du corps et de l'âme. Difficile aussi pour des Occidentaux rompus à la critique scientifique de comprendre que le sol n'est pas seulement plein d'organisme microscopiques et d'animalcules imperceptibles. Il est surtout plein de paroles et d'histoires millénaires qui dorment là sous terre en attendant qu'on les raconte, qu'on les chante, que le rêve leur donne vie et puissance.»
60 min
Mission encre noire 10 mai
Émission du 10 mai 2022
Mission encre noire Tome 34 Chapitre 382. L’incendiaire de Sudbury par Chloé Laduchesse paru en 2022 aux éditions Héliotrope dans la collection noir. Longtemps Emmanuelle fumera une cigarette accoudée à sa fenêtre, pour observer la rue et ses gens. Invariablement, Paul qui déteste respirer sa fumée secondaire, lui demandera de l'éteindre. Ielles résident dans un des quartiers les plus populaires de Sudbury, le Donovan, une sorte d’Hochelaga ontarien. Comme à son habitude, Emm, de retour d’un de ses contrats de design web pour des clients plus ou moins réglos, c’est presque devenu un rituel, descendra de l'autobus pour regagner le dépanneur au-dessus duquel elle habite. Elle entrera furtivement pour acheter un paquet de Du Maurier jumelé à un petit sac de Doritos et un paquet de Skittles. Quelques caresses plus tard pour Dog, le chat obèse de l'épicier, elle finira affalée sur son divan, pour brancher son écran, Love, sa série préférée, un verre de vodka à portée de main. Tout irait pour le mieux si ce n’est la disparition subite de son ancien amant, César Lascif, le mari de la docteur Herman, une notable en charge d'un programme de recherche bien particulier. Comble du hasard ou riche opportunité, une aînée à la main légère lui remet l'agenda de son ex, fraîchement dérobé. C’est d’autant plus intrigant que d’autres hommes manquent à l’appel ces derniers temps. Tout en se laissant bercer par La valse à Mille temps de Jacques Brel, il semblerait qu’elle soit la femme de la situation pour démêler les fils de cette étrange affaire. Dans l’anciennement nommée Sainte-Anne-Des-Pins, la gentrification menace et elle encourage les plus vils manant à s’emparer du pactole. Peuplé de personnages haut en couleur et saupoudré de l’humour caustique de l’autrice, ce premier roman hors Québec chez Héliotrope noir, fait mouche. Nous prenons la route vers les bords du lac Ramsey, pour rencontrer Chloé Laduchesse, ce soir, à Mission encre noire. Extrait:« L'agenda datait de l'année précédente. La page d'identification avait été laissée vierge, à l'exception d'un mauvais croquis de cube. Je tournais les pages, de plus en plus intriguée par cette écriture qui me semblait familière. Les rendez-vous étaient peu nombreux, changements de pneus, appels à passer, joutes amicales de soccer l'été, de hockey l'hiver. Beaucoup de signes, d'inscriptions codées ; une lettre seule, un symbole ; puis, vers le mois d'octobre, plus rien. Oui, je reconnaissais cette calligraphie, toute en petites majuscules aux traits nerveux ; le stylo à l'encre noire avait, en s'enfonçant dans le papier, gravé les mots, et les pages étaient ponctuées de bosses et de creux que j'aurai pu lire du bout des doigts. L'écriture d'une personne anxieuse. Créative. Secrète. Une personne qui n'a pas d'emploi. Qui évite la vérité. Ou, pour faire simple, qui ment. César. Ça ne pouvait être que lui.» Héroïne par Tristan Saule paru en 2021 aux éditions Le Quartanier dans la collection Parallèle noir. C’est le retour des Chroniques de la place carrée, un cycle de romans noirs débuté avec Mathilde ne dit rien paru en 2021 aux mêmes éditions Le quartanier. Cette place, souvenez vous, se trouve dans un quartier populaire, dans une ville moyenne de France. Même si elle boîte, Mathilde fait encore une brève apparition ici. Ce deuxième volet, nous présente d’autres facettes du quartier à travers une nouvelle panoplie de personnages. Laura est infirmière, à la vie amoureuse compliquée. Tonio, un petit dealer d’ecstasy à la petite semaine qui se retrouve devant l’affaire du siècle, un kilo d’héroïne en provenance de Belgique. Thierry, Zacharie, Idriss, Bolleg, le Manouche veulent tous se sortir de la misère et de l’ennuie. Or, le confinement de 2020 va changer sévèrement la donne. L'arrivée de ces stupéfiants menace l'ADN même du quartier. Subitement, un an après les événements de Mathilde ne dit rien, les habitants de Monzelle se trouvent pris dans la tourmente d’événements incontrôlables. Nous prenons la direction de la France, ce soir, à Mission encre noire, pour rencontrer Tristan Saule. Extrait:« On ne s'y fait pas. Une ville morte comme ça, qu'on soit à pied ou en bagnole, c'est quelque chose. Tonio a l'impression d'être le seul survivant d'une catastrophe. En un sens c'est vrai. À la télé, ils racontent que des gens meurent. Des centaines par jour. Ceux qui restent sont des survivants, non ? Tonio ne sait pas trop quoi penser de cette situation. D'un côté, il se dit que tout ça, c'est des conneries. De l'autre, il a un peu peur. Un tout petit peu. Il arrive au bas de l'avenue qui relie les Hauts au centre-ville historique. Les maisons sont de plus en plus grandes, les jardins de mieux en mieux entretenus. Sur les boulevards qui enserrent l'hypercentre, les propriétés sont cachées derrière de hauts portails en fer forgé que dépassent des arbres centenaires. Des cèdres majestueux, des chênes, des marronniers, et même un séquoia. Une voiture de flics débouche à l'angle d'une rue. Tonio s'accroupit. Putain, c'est quel genre de catastrophe qui épargne seulement lui et les bleus ? Il y a plus que ça, dans les rues, des bagnoles de flics, des ambulances et des pompiers. Des bleus, des blancs et des rouges. Vive la France !»
60 min
Mission encre noire 03 mai
Émission du 3 mai 2022
Mission encre noire Tome 33 Chapitre 379. Nous ne sommes pas des fées par Louise Dupré et Ouanessa Younsi paru en 2022 aux éditions Mémoire d’encrier. «Je mets mes pas dans les tiens, comme j'avance à l'aveuglette», dit l'une, «merci d'avoir changé ma vie» réponds l'autre en écho. Deux écrivaines décident de s’écrire comme on part en pèlerinage, pour s’abreuver l’une à l’autre, de leurs mots, pour allumer des «feux près du cœur». Ouanessa Younsi, née d’une mère québécoise et d’un père algérien, représente la nouvelle génération de poètes québécoises. Louise Dupré est l’autrice d’une œuvre considérable, rempli d’humanisme et de son désir de changer le monde. À travers ces textes et ces poèmes l'une et l'autre nous dégage un espace ou tout est possible. Ce recueil est à prendre comme une escale dans une conversation qui a débuté bien avant nous. Si l’une cherche des mots pour soigner des peines, l’autre dit Amour comme on ouvre ses fenêtres. Les poétesses vous partagent leur plaisir de vivre ensemble cette splendide correspondance poétique. Elles syntonisent leur voix à merveille pour mieux lancer à l’unisson leur cri du cœur. Si le monde est fou, la vie est à chercher dans ce quelque chose qui résiste : L’amitié, comme un long poème appris par cœur. Je reçois, ce soir, à Mission encre noire, deux sœurs de langues et de mots, Louise Dupré et Ouanessa Younsi.  Extrait:«Nous n'avons pas écrit/notre dernier poème/nous ne croyons plus aux fées/mais nous continuons/à espérer/espérer comme rire/chanter/allumer des feux/près du coeur/pour réchauffer/les larmes/ou tenir un enfant/par la main» Baldwin, Styron et Moi par Mélikah Abdelmoumen paru en 2022 aux éditions Mémoire d’encrier. Saguenéenne de naissance et Montréalaise d'adoption, Mélikah Abdelmoumen a quitté le Saguenay en 1976. En 1986, elle s'installe en France, à Lyon, pour une durée de 12 ans. En cette année 2015 où le discours raciste de Marine Le Pen se normalise. Nicolas Sarkozy est président de la république. Le 07 janvier, Nous sommes tous Charlie. Pourtant, à l'occasion d'un book club qui la sauve d'un sombre marasme, elle découvre une voix unique, qui lui parle d’elle, des autres, des blancs, des femmes, des arabes, de l’autre, des autres racistes. Une voix qui va tout changer. Le temps de se reconnaître dans«un sourire incroyable qui donne l'impression d'une joie pure», le destin se met en marche. Ce livre est l'histoire d'une amitié aussi improbable qu'exemplaire. Celle qui unit James Baldwin, un Noir descendant d'esclaves et un Blanc, un petit fils d’une propriétaire d’esclaves : William Styron. Baldwin, Styron et Moi raconte l’histoire de cette remarquable fratrie, comme celle de la trajectoire unique de Mélikah Abdelmoumen qui est mon invité, ce soir, à Mission encre noire. Extrait:«John H. Griffin, un homme du Sud qui aide les juifs et les Noirs. Ron Stallworth, un homme noir qui infiltre le Ku Klux Klan avec le soutien de ses collègues blancs et juifs. Abel Meeropol, un poète et professeur russo-juif qui sauve les enfants de deux Américains communistes exécutés, à qui on doit la plus grande chanson jamais écrite sur les lynchages des Afro-Américains. James Baldwin, un auteur afro-américains qui convainc un homme du Sud de se mettre le temps d'un roman dans la peau d'un esclave noir, changeant pour toujours son regard sur le monde...Et moi, Québécoise d'origine arabe, qui écris ce livre en humble hommage à l'auteur afro-américain qui a, toute sa vie, lutté pour l'égalité et les droits des gens de sa propre communauté, mais aussi ceux de la mienne.»
60 min