Société

La violence comme vecteur d'itinérance chez les femmes

Publié par 15 février 2022
IMG0659
La violence comme vecteur d'itinérance chez les femmes
00:00
00:00

Le froid, la pandémie et la crise du logement ont de lourds impacts sur les femmes victimes de violences et sur les ressources d’hébergement disponibles pour elles. Les taux d’occupation qui frôlent le 100% et des listes d’attentes dans les maisons d’hébergement pouvant aller jusqu’à deux mois ont de lourdes conséquences. Certaines femmes se retrouvent en état d’itinérance ou à supporter des conditions de violence et de détresse intenses.

Pour comprendre leurs situations, CHOQ.ca est allé à la rencontre de Jessica Bouchard, coordonnatrice d'un pavillon de Logifem, de Léonie Couture, présidente-fondatrice de La rue des femmes et de Nadia, qui a trouvé refuge chez Logifem après avoir été victime de violence.

Crédit Musique: Made of Air - Grouper

Image: Courtoisie La rue des femmes

Pourrait vous intéresser

PRIMEUR: le nouvel EP "Tout est parfait: acte un", de Thaïs
Le marché immobilier locatif, un milieu discriminatoire ?
Communauto en tête de piste
Une réalisatrice qui n'a pas peur des mots...
La Maison Ronde, le café autochtone qui réchauffe le centre-ville
Des artistes inspirant.e.s sur le Black Carpet
Et pour toi, ça signifie quoi d’être une femme en 2022?
É DITO 14 février
Amour
Et si l’amour se multipliait…
Quelques valises et un Tombak
Prévenir les féminicides par l'éducation
Les femmes encore sous-représentées dans le cinéma québécois
Emilie et Kallu
UQAM
Assister à ses cours avec son chien d'assistance... pas facile à l'UQAM
La fraude alimentaire...pas facile à détecter
L'engouement pour le SLAM