Montréal complètement cirque: « Finale », en couleurs et en musique

10 juillet 2019 publié par Estelle Grignon

Montréal complètement cirque: « Finale », en couleurs et en musique

C’est avec beaucoup de fébrilité et peu de repères que je me suis rendue au Théâtre St-Denis mardi dernier. C’est que j’allais y voir avec ma collègue Laurence Dami-Houle le spectacle Finale, présenté dans le cadre du festival Montréal complètement cirque.

Et voilà, le cirque et moi, on fait deux.

Je suis habituée d’avoir des points de références quand je vais couvrir un concert. Le jeu des musiciens, la mise en scène, la force des compositions, la présence. C’est facile pour moi de comparer et de voir où se situe chaque prestation musicale. Je suis capable de dire ce qui était bon, ce qui ne l’était pas. Je sais quoi prendre en note. J’analyse le spectacle.

Mais avec si peu de précédents dans le monde du cirque, l’analyse est plus difficile. Alors je l’ai abandonnée. Je vais regarder le spectacle et espérer être émerveillée. Si l’émerveillement est le seul critère, on peut dire mission accomplie pour la troupe Analog.

Chimie, camaraderie et... Martin Matte?

Finale, c’est d’abord et avant tout une grosse fête. On sent facilement la chimie entre les différents acrobates tout au long du spectacle. S’il y a quelques tableaux solos ici et là, on voit plus souvent qu’autrement les artistes collaborer ensemble pour créer de grands moments. Souvent, ces segments de groupe étaient portés avec une touche d’humour et une belle spontanéité.

Il est clair que ce spectacle a été pratiqué mille et une fois et que tout est réglé au quart de tour. Mais l’impression que la présentation donne est celle d’une performance à la bonne franquette, naturelle et décomplexée. La troupe a cassé ses premières dents dans la rue pour ce spectacle et ça parait. On reconnait ce bagage dans les costumes très simples des musiciens et dans les accessoires utilisés. On préfère le coton ouaté et le pantalon au léotard. On utilise des caisses de lait et des piles de livres pour accompagner les tours. Il faut dire que le groupe lui-même avoue sur sa page web que son but est d’éliminer l’artificiel, d’où leur nom, « Analog ».

Parmi les moments forts, Laurence et moi sommes d’accord que le numéro solo de Carlos Zaspel était saisissant. Pour l’occasion, il faisait des acrobaties sur son « poteau tournant », traduction libre du nom que l'Allemand donne à son instrument. Il s’agissait essentiellement d’un long poteau vertical au bout duquel était attaché un second poteau. Celui-ci était placé en diagonale pointant vers le sol, et tournait autour de son accroche centrale. Carlos devait donc faire preuve de dextérité et de timing pour pouvoir effectuer ses pirouettes sans se faire frapper par le poteau tournant. C’est difficile à expliquer comme ça avec des mots mais croyez-moi, même avec les images devant moi, j’avais de la difficulté à décrire ce qui se passait tellement la routine était complexe, malgré la mise en scène simple.

Un autre bon moment est survenu durant le dernier numéro, alors qu’à peu près tous les artistes passaient tour à tour au travers d’un minuscule cerceau tenu à la verticale sur des caisses. Sur scène, quatre membres du public assistaient aux exploits de près, sans savoir quand est-ce qu’on leur demanderait de participer. Du lot, on retrouvait un Martin Matte visiblement peu enthousiaste, qui croyait certainement passer une soirée facile loin des projecteurs. Finalement, l’humoriste et les trois autres « volontaires » ont servi d’obstacles au-dessus desquels un artiste a effectué un saut drôlement acrobatique.

Une trame sonore étoffée

Tout au long du spectacle, la musique prenait une place bien plus importante que d’habitude. Un batteur et une chanteuse étaient entre autres bien présents sur scène, et chacun a eu droit à son moment seul pour bien montrer leurs prouesses. Leur addition au spectacle n’était jamais distrayante, au contraire. Il y a eu tout un travail de recherche pour que les pièces aux accents tantôt rock, tantôt hip-hop, puissent bien compléter les numéros en ajoutant une profondeur nouvelle

La trame a été particulièrement efficace lors du numéro de Manda Rydman. Elle effectuait alors ses prouesses dans un anneau aérien accompagnée d’une chanson douce et rêveuse. Laurence le confirme: j’étais complètement hypnotisée. La musique était encore plus à l’avant lors d’un numéro de jonglerie, où le jongleur faisait rebondir ses balles sur une plaque de plexiglas : le son de leur contact avec la plateforme correspondait au rythme joué par le batteur. Seul bémol : malgré le concept intéressant – ma collègue m’a avoué n’avoir jamais vu quoique ce soit de tel – le numéro semblait un peu trop approximatif. Les balles n’étaient pas toujours tout à fait synchronisées avec la batterie, ce qui a réduit un peu l’effet que devait donner le numéro.

Il ne s’agit là malgré tout que d’un rare moment correct dans une foule de moments incroyables et divertissants. Le spectacle Finale a su présenter un cirque nouveau, urbain, intelligent, créatif et franchement amusant. Les « Ooooh! » et les « Aaaaah! » ont fusé de partout. Je ne m’y connais pas beaucoup en cirque, mais je crois qu’il ne faut pas un cours intensif pour comprendre qu’il s’agit là d’un signe que la soirée était franchement réussie.

Le spectacle Finale tous les soirs jusqu'au 14 juillet: des supplémentaires auront lieu du 17 au 20 juillet.

Avec la collaboration de Laurence Dami-Houle

Crédit photo: Jakub Jelen


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Festival Nuits d'Afrique: Entrevue avec l'inspirante Jah9

15 juillet 2019 publié par Estelle Grignon

Cette semaine, notre journaliste Estelle Grignon part à la rencontre des rythmes du monde via le festival Nuits d'Afrique. C'est ainsi que le weekend dernier, elle découvrait la Jamaïcaine Jah9 en concert. En plus de voir son spectacle, elle a eu la chance de d'interviewer...

Plus de détails
Nouvelle

Festival OFF Québec: entrevue pleine de chimie avec Poulin

07 juillet 2019 publié par Estelle Grignon

Deux heures avant de monter sur la scène intime installée devant l'église Saint-Jean-Baptiste, Valérie Poulin et ses musiciens Étienne Dupré et Thomas Sauvé-Lafrance rencontrent notre journaliste Estelle Grignon. Ensemble, ils discutent de bon coeur...

Plus de détails
Nouvelle

Une première soirée musclée à Sainte-Thérèse

19 mai 2018 publié par Estelle Grignon

C’est avec beaucoup d’attentes et un brin de nervosité que j’ai quitté le confort de mon milieu urbain montréalais pour aller là où la ligne orange ne se rend pas : la municipalité de Sainte-Thérèse m’attendait...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8