Les poules : une amie de confinement bien populaire

18 mai 2020 publié par Camille Foisy

Les poules : une amie de confinement bien populaire

L’autosuffisance alimentaire est aux goûts du jour dans la province en temps de pandémie: plantation de semi, création de jardins, apiculture, etc. Plus récemment, les médias parlent d’un enthousiasme pour l’adoption de poules en milieu urbain, mais s’agit-il d’une simple mode pour passer le temps en confinement?

Durant la pandémie, Alicia Bergeron-Aubre a déménagé à Ste-Hélène-de-Chester. Son déménagement n’est pas un arrêt temporaire, il était planifié tout comme l’adoption de poules pondeuses, et ce, depuis plusieurs années. Avec du temps devant soi, Alicia a profité de la période de confinement pour mettre en marche le processus d’adoption.

Malgré son désir d’avoir des poules pondeuses ce printemps, Alicia se trouve bien en retard face à d’autres québécois.e.s qui ont profiter de la pandémie pour installer un poulailler dans leur cour. Augmentation des prix des poules, rupture de stock et liste d’attente interminable ; la famille Bergeron-Aubre ne pourra produire ses propres oeufs avant l’automne. Les oeufs fécondés qu’elle a commandés il y a 2 semaines éclaireront après 21 jours, puis deviendront des poules pondeuses (ou des coqs) après 19 semaines.

Selon Paulin Bouchard, président de la Fédération des producteurs d’oeufs du Québec (FPOCQ), il faudra placer sa commande auprès des magasins agricoles au mois de décembre et janvier pour adopter une poule pondeuse au printemps.

Il arrive par contre bien souvent que les fermes aient des poules en plus. Depuis 2016, alors que les municipalités ont commencé à accepter les poules en milieu urbain, les distributeurs ont augmenté leur commande auprès des couvoirs pour pouvoir répondre à l’accroissement de la demande. Ce surplus a été par contre loin d’être suffisant ce printemps lorsque les gens se sont rués vers l’adoption de la volaille pour occuper leur confinement.

Une question d’éducation

Ce qui inquiète surtout les organisations animales et agricoles c’est que les gens se lancent dans l’adoption comme des poules pas de tête, par crainte que le marcher de l’oeuf en temps de pandémie ne puisse plus fournir. Paulin Bouchard explique que chaque matin ce sont 5 millions d’oeufs qui sont rendus disponibles pour la consommation québécoise, soit le même nombre qu’avant le confinement.

Louise Arbour, de l’organisme Poules en ville et derrière l’implantation de plusieurs lois municipales, explique que la pandémie a simplement donné la motivation qui manquait à ceux  et celles qui chérissaient ce projet d’adoption depuis longtemps. Elle assure également aux villes que plusieurs filets de sécurités existent pour contrôler les plus impulsif.ve.s.

Plusieurs de l’industrie aviaire cultivent également la crainte que les nouvelles familles d’adoption aient un manque de connaissance avant de faire le grand saut. La fondatrice de l’organisation Poules en ville a pour mission de renseigner les gens sur les bonnes habitudes à prendre après l’adoption de poules en milieu urbain. Avec les mesures de distanciations sociales, Louise Arbour a adapté en format web sa formation de cinq heures qu’elle donne autrement chez elle.

Un autre élément qui assure une bonne conduite des citoyens dans l’adoption de poules en milieu urbain est l’implication des villes. Louise Arbour explique que la ville de Mascouche, par exemple, exige que les nouveaux propriétaires de cette volaille aient reçu la formation de Poules en ville et aient un certificat en main pour obtenir un permis. La fondatrice de l’organisme explique donc que c’est à travers l’éducation des citoyens et des municipalités que les poules pourront être élevées dans le meilleur environnement possible, et ce, autant pendant qu’après le confinement.

 

Crédit photo : Louise Arbour, Poules en ville


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Jour du souvenir trans oublié par les médias quebébécois

22 novembre 2019 publié par Camille Foisy

Chaque 20 novembre depuis les 20 dernières années, les communautés de la DSPG se rémémorent, par le Jour du souvenir trans, les victimes trans assassinées à cause de leur identité de genre. Mercredi dernier, pour l'édition de 2019,...

Plus de détails
Nouvelle

Les memes à la conquête de l'industrie musicale

18 février 2019 publié par Camille Foisy

Avez-vous déjà entendu la chanson Baby Shark ? Si ce n'est pas le cas vous avez probablement vécu sous une roche durant les derniers mois. La chanson, qui a vu le jour dans une émission pour enfant en Corée du Sud, a fait le tour des internet à une allure...

Plus de détails
Nouvelle

L'exposition femmes futuristes : le corps au microscope

28 février 2019 publié par Camille Foisy

L'exposition Femmes Futuristes, qui prend place du 7 février au 2 mars à la galerie Eastern Bloc, met en scène les installations de Katherina Ilenseer, Anna Eyer et Renée Lamothe. Nous nous sommes entretenus avec Renée Lamothe pour discuter de son oeuvre...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8