Les étudiant.e.s en éducation particulièrement affecté.e.s par la crise sanitaire

09 avril 2020 publié par Camille Foisy

Les étudiant.e.s en éducation particulièrement affecté.e.s par la crise sanitaire

Incertitude et précarité financière : les étudiant.e.s de la faculté d’éducation de l’UQAM sont particulièrement affecté par la crise sanitaire actuelle qui force l’arrêt des stages et de la suppléance.

Sur la page Info COVID-19 du site de l’UQAM, l’université mentionne que les solutions en ce qui concerne les stages « seront déterminées au cas par cas, en concertation, le cas échéant, avec les milieux de stage ou les ordres professionnels. » Dans le cas des étudiant.e.s en éducation, c’est simple : les écoles sont fermées donc les stages sont arrêtés.

Mais qu’advient-il de leur cheminement scolaire ? Dans la majorité des programmes d’éducation, quatre stages sont obligatoires et nécessaires pour passer à la session suivante. Jeanne Morissette, responsable aux communications et à la mobilisation de l’ADEESE, explique que chaque direction de programme a dû trouver des solutions aux reports des stages qui sont propres à leur réalité. Elle ajoute que certains programmes n’ont toujours pas reçu les modalités en réponse à l’arrêt de leur stage.

L’UQAM s’est également fait attendre pour donner des indications pour les stagiaires. Ce n’est que depuis peu que Sarah*, finissantes en éducation préscolaire et en enseignement primaire à l’UQAM, sait que son stage sera crédité et qu’elle sera notée sur ses travaux d’analyse ainsi que par les observations de ses enseignant.e.s auxquel.le.s elle a été associée durant les jours de stage effectués.

Sarah ajoute que la situation est inégalitaire. Par exemple, comme l’annonce de fermetures des écoles a été précipitée, certaines de ses collègues ont laissé leur ordinateur et leurs notes dans leur classe. Il est impossible, selon les directives gouvernementales, de retourner les chercher. De plus, certain.e.s étudiant.e.s ne sont pas assuré de la réussite de leur stage et ne sont pas confortable à l’idée d’avoir eu seulement une supervision au lieu de trois. Sarah avoue m’avoir demandé de garder l’anonymat, puisqu’elle ne voulait pas que son témoignage ait un impact sur l’évaluation de ses superviseur.e.s. Elle ajoute qu’il est rare que ces évaluations soient objectives.

Sarah ajoute que l’arrêt de leur stage n’est pas la seule chose qui crée de l’angoisse dans les programmes d’éducation. Pendant que beaucoup de finissant.e.s craignent ne pas pouvoir passer à la prochaine étape soit enseigner l’an prochain ou passer au cycle supérieur d’autres ont peur de se trouver dans des situations financières précaires comme il est impossible de faire de la suppléance.

Les associations facultaires plus importantes que jamais

Jeanne Morissette explique que depuis le début de la crise sanitaire, le nombre d'heure qu'elle implique dans l'ADEESE a grandement augementé. L'association veille à ce que ses membres se trouvent dans des situations équitables. Elle ajoute que plusieurs associations se sont réunies pour mettre sur pied un sondage qui représente la situation des étudiant.e.s pendant la crise sanitaire. Les résultats démontrent que les membres de la faculté d’éducation y ont répondu en plus grand nombre. Vendredi le 3 avril, les résultats du sondage et une pétition pour créditer la session signée par toutes les facultés ont été envoyés à l’UQAM, mais l’ADEESE se trouve toujours sans réponse. Jeanne Morissette confie qu’elle est bien pessimiste face à une réponse positive de l’UQAM aux demandes de la communauté estudiantine.

Un point positif des solutions établies par l’UQAM pour remédier à l’arrêt des stages est la possibilité pour certains programmes d’éducation de créditer des journées de suppléances à l’automne. Une solution qui pourrait de donner du poids à d’éventuelles négociations pour la rémunération des stages.

L’inquiétude autant pour l’ADEESE que pour Gabriella, c’est que les étudiant.e.s en éducation se trouve tous et toutes en précarité financière à l’automne comme la majorité dépende de la suppléance pour survivre. Jeanne Morissette craint également que la communauté estudiantine soit surmenée à l’automne.

*Nom fictif pour préserver l’identité de l’étudiante

Crédit photo : Photo UQAM


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Les memes à la conquête de l'industrie musicale

18 février 2019 publié par Camille Foisy

Avez-vous déjà entendu la chanson Baby Shark ? Si ce n'est pas le cas vous avez probablement vécu sous une roche durant les derniers mois. La chanson, qui a vu le jour dans une émission pour enfant en Corée du Sud, a fait le tour des internet à une allure...

Plus de détails
Nouvelle

S’approprier l’avenue du Mont-Royal

28 juillet 2020 publié par Camille Foisy

Depuis les dernières semaines, les urbanistes parlent de l’importance de réaménager les espaces publics extérieurs en temps de pandémie pour que les citoyens puissent se les approprier. C’est ce qu’a donc fait l’avenue du Mont-Royal,...

Plus de détails
Nouvelle

Grève des stages : une journée dans la vie d'une militante

21 mars 2019 publié par Camille Foisy

Du 18 au 22 mars 2019, ce n'était pas moins de 31 302 étudiant.e.s à travers le Québec qui était en grève. Pendant que plusieurs personnes extérieures à la communauté estudiantine voit cet événement comme des "vacances",...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8