Le confinement permettra-t-il de repenser nos habitudes de consommation?

19 mai 2020 publié par Laurence Taschereau

Le confinement permettra-t-il de repenser nos habitudes de consommation?

Faire son pain maison, acheter localement, planter des semis, construire des bacs à fleurs ; alors que le rythme de vie de la plupart des Québécois et Québécoises a ralenti depuis deux mois, tout porte à croire que plusieurs pratiques écoresponsables de consommation gagnent en popularité dans la province, comme en témoignent d’ailleurs la plupart des fils d’actualités des réseaux sociaux. 

Pour étudier les changements d’habitudes de consommations de la population pendant le confinement,  l’Observatoire de la consommation responsable (OCR) de l’ESG UQAM, en collaboration avec MBA Recherche, a mis sur pied des vigies quotidiennes, hebdomadaires et mensuelles. La première vigie mensuelle « La consommation responsable au Québec en période de confinement : décryptage des pratiques » a été dévoilée le 4 mai dernier. Les résultats témoignent de la volonté d’une grande partie de la population à repenser son mode de vie, comme l’explique Amélie Guèvremont, chercheuse associée et professeure au département de marketing de l’ESG UQAM.  

Les deux côtés de la médaille

Deux tendances ont été observées dans les réponses des participants interrogés. D’un côté, l’étude fait ressortir un intérêt grandissant pour des pratiques plus écoresponsables comme le «fait maison», le « slow life » et une plus grande sensibilité au gaspillage alimentaire et à la déconsommation. 

De l’autre côté, une tendance moins glorieuse se dessine. Une baisse des préoccupations sur la question des plastiques à usage unique ainsi qu’un intérêt grandement diminué pour la consommation de seconde main ont malheureusement été remarqués dans le premier mois de confinement.  Amélie Guèvremont croit que les craintes liées à la santé et à la sécurité expliquent en grande partie le phénomène. 

Mathieu Tiberghien, propriétaire des épiceries Vrac et bocaux à Montréal, a effectivement remarqué une baisse d’achalandage dans ses deux succursales. Cependant, il est trop tôt, selon lui, pour parler d’une diminution de l’intérêt du zéro déchet. La réduction des heures d’ouverture et la limite de clients permis en magasin peuvent également expliquer la diminution des ventes. 

Du côté de l’achat local, Alexandre Béland, président de Ulocal, une plateforme qui géolocalise les points de ventes de produits fabriqués localement, note que l’intérêt grandissant pour l’achat local se concrétise sur le terrain. Il espère cependant que cette nouvelle tendance ne sera pas qu’une mode passagère.  

Une réelle prise de conscience? 

Il est encore difficile d’expliquer avec certitude les raisons qui poussent les consommateurs et consommatrices à changer soudainement leurs habitudes. En considérant la d’escalade drastique de certaines préoccupations environnementales, il serait hâtif de conclure qu’une réelle prise de conscience a été déclenchée avec les mesures de confinement, selon madame Guèvremont. 

Les personnes souffrant le plus d’anxiété et de stresse financier sont ceux et celles qui montrent le plus grand intérêt envers les pratiques écoresponsables comme le «fait maison», une manière de consommer souvent peu coûteuse. Pour la chercheuse de l’OCR, les réponses des personnes interrogées laissent croire que la précarité d’emplois joue un rôle important dans l’engouement pour de nouvelles habitudes de consommations. 

Si le premier mois de confinement a permis à plusieurs Québécois et Québécoises de repenser leur manière de consommer, que doit-on prévoir pour les mois à suivre? La question reste en suspens pour l’instant, mais l’OCR compte poursuivre les vigies jusqu’au déconfinement afin d’observer la durabilité des changements d’habitudes de consommations.


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

L'exode des jeunes met-il en péril la Basse-Côte-Nord ?

13 février 2020 publié par Laurence Taschereau

Alors que la beauté des paysages de la Basse-Côte-Nord ne suffit pas à retenir les jeunes générations dans leur région natale, les documentaristes et réalisateurs Aude Leroux-Lévesque et Sébastien Rist se sont penché.e.s sur les...

Plus de détails
Nouvelle

Apprendre d’une crise sans précédent

14 avril 2020 publié par Laurence Taschereau

Dans le but de répondre aux besoins sociétaux en matière de gestion de crise, la faculté des sciences humaines de l'UQAM a décidé de mettre en place deux nouveaux programmes en résiliences, risques et catastrophe, afin de former des...

Plus de détails
Nouvelle

L'éducation comme remède à l'écoanxiété

25 octobre 2019 publié par Laurence Taschereau

Depuis que Greta Thunberg manifeste seule devant le parlement suédois, on assiste à l’engouement grandissant de mouvements comme La planète s’invite à l’école ou Fridays For Future. Des étudiants de tous âges à travers le...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8