Khruangbin et Kikagaku Moyo : voyage autour du globe

24 juin 2019 publié par Eloïse Chagnon

Khruangbin et Kikagaku Moyo : voyage autour du globe

Deux bands aux noms imprononçables, débutant par la lettre « K » et qui ont soulevé la foule d’amateurs de rock psychédélique et de funk exotique se sont réunis au Théâtre Corona samedi dernier.

Pour vous donner une idée d’à quel point j’étais stoked d’assister à ce show-là, ça fait quatre ans que j’écoute en loop à toutes occasions le premier album de Khruangbin, The Universe Smiles Upon You, sorti en 2015. Ce long-jeu est extrêmement agréable à l’écoute ; il présente un mix d’influences de musiques du monde (bossa nova, tropicalisme, thaï-funk, rock psychédélique tout droit sorti des années soixante, disco et j’en passe) dont les trois membres du groupe originaire de Houston, Texas, s’abreuvent.

Le tout a été enregistré dans une grange : c’est de cet élément crucial qu’a pu émerger le son rustique et doux, propre à Khruangbin. Ça donne une collision éclectique entre un chill-funk et un rock psychédélique dont on ne peut plus se passer après la première écoute. En live comme sur enregistrement, toute l’attention est portée sur la Fender joliment manipulée par Mark Speer. Les quelques mélodies de voix des pistes presque uniquement instrumentales nous parviennent camouflées dans le reverb. Le tout est soutenu par les rythmes minimalistes du batteur Donald Johnson et de la basse groovy de Laura Lee.

Leur deuxième opus Con Todo El Mundo (qui signifie en espagnol « with all the world »), sorti en 2018, offre quant à lui des sonorités davantage moyen-orientales, reggae et caribéennes, toujours trempées dans un funk laid-back bien assumé. Dans les derniers mois, Khruangbin a été invité au festival Pitchfork ainsi qu’à Coachella, et ils entameront une tournée européenne sans tarder.

En spectacle ce samedi, le trio a joué presque l’intégrale de sa discographie et a même offert quelques inédits aux fans, en vue de la sortie d’un troisième album le 12 juillet (yééééé!). Visuellement, il faut souligner qu’en show, la portion fashion n’est jamais mise de côté pour Khruangbin, oh non, pas du tout. Quatre boules disco rotatives sur scène, projetant des milliers de points lumineux, un ventilateur en pleine gueule du guitariste et direct sous les jupons de la bassiste, les perruques de Lee et Speer à la Prince Valiant, la robe blanche démesurément froufroutée de Lee et le complet veston punk de Speer leur donnaient un look de bal de finissants (c’est la saison!) franchement réussi.

Finalement, le groupe a réservé les (meilleures) chansons, soit White Gloves et Still Alive pour le rappel. À tous ceux qui lisent ce billet et qui ont raté la soirée : prochaine fois qu’ils passent à Montréal, sautez là-dessus.

Le groupe tokyoïte Kikagaku Moyo assurait la première partie de la soirée. J’ai découvert leur plus récent opus Masana Temples, cet automne, grâce à je ne sais quel hasard, merci-mon-Dieu, mais c’était durant ma phase « King Gizzard & The Lizard Wizard pis Corridor non-stop ».

Formé de cinq Japonais dans la vingtaine, le groupe en est à son quatrième album et quelques EPs depuis sa formation en 2013. Go et Ryu Kurosawa, deux frères, font évidemment la force du band : le premier s’acharne sur la batterie tout en assurant les voix et le deuxième se consacre au sitar, qu’il a appris à jouer en Inde.

Comparativement à l’écoute en album, le sitar se démarquait vraiment des autres instruments à cordes en spectacle. Personnellement, je n’avais jamais rien entendu de tel. Ça donnait quelque chose d’étrange, de lyrique, un son psych à saveur orientale. Le mouvement des doigts sur le manche du long instrument de Ryu était captivant.

Les cinq jeunes Japonais aux cheveux longs ont servi à l’audience des jams persistants de rock psychédélique stoner, voire hard rock. Le public a été submergé par leurs longues montées musicales qui rappellent les loops à la kraut rock : le climax évident et les descentes abruptes dans un blues primitif ont surpris la foule, qui elle, donnait beaucoup d’énergie au quintette. Parfois, des petites touches de funk ou de disco et même de reggae se sont glissées dans leurs compositions, ce qui a eu pour résultat d’inciter les spectateurs à bouger.

Kikagaku Moyo descend aux États-Unis pour quelques dates encore et part ensuite en Europe pour la fin de l’été et l’automne. À surveiller !

Crédit photo : Khruangbin


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Pierre-Yves Roy-Desmarais au Zoofest: 100% niaiseux, 100% divertissant

15 juillet 2019 publié par Eloïse Chagnon

Ça y est, la dixième édition du festival humoristique montréalais le Zoofest s’est mise en route. Le 11 juillet dernier, c’est au Monument-National que j’inaugurais mon premier Zoofest à vie dans l’auditoire de Pierre-Yves Roy-Desmarais...

Plus de détails
Nouvelle

Francouvertes 2019 : Quatrième soirée de party

11 mars 2019 publié par Eloïse Chagnon

La quatrième soirée à saveur folk et pop des préliminaires des Francouvertes est terminée. Un brin de nostalgie ou de mal du pays s’est immiscé dans nos cœurs après avoir écouté les performances d’Olivier Lessard, de...

Plus de détails
Nouvelle

Francouvertes 2019 : Septième soirée de party

02 avril 2019 publié par Eloïse Chagnon

Il s’est passé quelque chose d’animal hier soir : les trois trios que formaient respectivement Fria Moeras, Poulin et Birmani ont explosé les amplificateurs du Lion d’Or. Avant d’entrer dans la compétition, l’invité Philippe Brach, toujours...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8