Dans la rue pour sauver planète

18 mars 2019 publié par Christine Beaudoin

Dans la rue pour sauver planète

Vendredi dernier, par une journée où le printemps flottait dans l’air, environ 25 000 personnes se sont rassemblées à Montréal pour démontrer leur inquiétude face aux changements climatiques. Dans une centaine de pays autour du globe, des manifestations étaient également organisées. Tous répondaient au même appel: celui d’une grève mondiale étudiante pour le climat, lancé par la suédoise Greta Thunberg.

Au Québec, environ 150 000 étudiants des écoles secondaires et post-secondaires étaient en grève pour se mobiliser.

Arrivée à la statue George-Étienne Cartier, le point de ralliement, la foule était d’une telle envergure qu’il était difficile - voire impossible - de trouver le devant du groupe. Vers 13h15, la manifestation s’est mise en marche. Les retardataires arrivaient encore à la pelletée.

Plusieurs groupes politiques étaient présents à la marche. Parmis eux figuraient Québec Solidaire, le Parti Vert du Québec et le NPD du Canada.

Il y avait également des manifestants venant de tous les niveaux de scolarité - même le primaire. Alexandre, père de Loélie et Viviane qui sont en 4e et 6e année raconte qu’il les a invité à faire l’école buisonnière parce que «parfois, il y a des choses plus importantes que l’école.» Loélie renchérit : «on trouve que c’est vraiment important de faire quelque chose.»

Sarah, étudiante en sciences naturelles au cégep André-Laurendeau croit également qu’il était plus important d’être à cette marche qu’à ces cours. Elle fait cependant valoir que l’éducation est un bonne manière de sensibiliser, et qu’il «faut instaurer des cours sur l’environnement.»  

Avez-vous déjà vu ce sablier entouré d’un cercle qu'on peut voir dans la photo ci-dessous ? C’est le symbole d’Extinction Rebellion, un groupe international né en Angleterre le 31 octobre 2018, ayant pour but de contrer «l’inaction criminelle des gouvernements face à la crise climatique». Le groupe utilise des actions directes non-violentes, soit la désobéissance civile, comme moyen de pression. Alors qu’ils portent un cercueil de 10 pieds de long sur lequel est inscrit «notre future», un des membres explique qu’il a espoir. En citant Greta, il dit que «l’espoir vient quand tu poses des actions.»

L’automne dernier, les prédictions morbides du rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (le GIEC) ont diffusé un nouveau sentiment de panique à travers le monde. Il stipulait qu’une augmentation de 1,5 degrés celsius aurait des effets dévastateurs - mais qu’il faudrait essayer de se limiter à cette augmentation de température pour survivre au changement climatique.

L’énergie de la manifestation était palpable à tous les niveaux de la marche. Ici et là, on pouvait entendre chanter des slogans tels «Sau-sau-sau, sauvons la planète!», «à qui le future, à nous le future!» et «1, et 2, et 3 degrés, c’est un crime contre l’humanité!»

Un groupe de percussions alimnentait la fougue de la foule. Aux sons des rythmes de leurs tambours, les manifestants se mettaient à danser et à crier de plus bel.

La marche a pris une longue pause sur St-Denis à la hauteur de Sherbrooke. Lorsque la marche repris, il était possible de regarder les gens marcher pendant une vingtaine de minutes sans pouvoir discerner le début ou la fin de la manifestation.

Les changements climatiques suscitent de profondes inquiétudes auprès de la population. Touchant plus particulièrement la jeunesse, c’est un enjeu qui affecte tous les milieux. La forte mobilisation du 15 mars en est une excellente démonstration.


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Composer pour mieux improviser

12 octobre 2018 publié par Christine Beaudoin

Le Gentiane MG Trio, ensemble de piano, contrebasse et batterie, en était à sa première performance à l’OFF JAZZ cette année. Le jeune trio jazz montréalais performe depuis quelques années seulement mais est déjà très actif...

Plus de détails
Nouvelle

En mars, on fait la grève

11 mars 2019 publié par Christine Beaudoin

L’ordre du jour: Votes de grève pour la rémunération des stages et, vote de grève pour le climat. Deux mouvements avec une forte mobilisation étudiante au Québec planifient tous les deux des actions importantes ce mois-ci. Peuvent-ils coexister sans...

Plus de détails
Nouvelle

Balade dans le monde incongru du Ratchet Orchestra

08 octobre 2018 publié par Christine Beaudoin

En arrivant au Cabaret Lion d’Or, une modeste entrée éloigne tous soupçons qu’une salle grandiose se cache à l’intérieur. Au-delà d’un court couloir qui aboutit sur de longs rideaux de velours, le monde voluptueux d’une autre...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8