Critique: Survivre à la vie sauvage, une leçon à la fois

14 septembre 2021 publié par Laurence Taschereau

Critique: Survivre à la vie sauvage, une leçon à la fois

« Vous voulez être le chum toxique que vous ne pouvez pas laisser parce que le sexe est trop bon. » Voilà la vrai nature des personnages de Manuel de la vie sauvage présentés au théâtre Duceppe.

Sur les planches jusqu’au 9 octobre, l’adaptation du livre de Jean-Philippe Baril Guérard est un heureux mélange d'humour noir dans sa forme la plus authentique et de conférence de motivation. Impitoyable, stratégique, assoiffée, Cindy Bérard, jouée par Emmanuelle Lussier Martinez présente la cruauté du monde des affaires à l’état pur.

Dès les premières minutes, les spectateurs et spectatrices bénéficient de conseils destinées aux gens d’affaires. Accompagné des personnages hauts en couleur, l’auditoire se lance alors dans une aventure sans précédent : la création d’une application qui permettra de communiquer avec les défunts.  S’ensuivra une avalanche de débats moraux et éthiques qui contribueront à maintenir la salle entre rire et malaise.

Un changement de genre, et encore?

Initialement connu comme Kevin Bédard, le protagoniste du livre a changé d'identité au moment de prendre forme au théâtre.  C’est plutôt une femme puissante à la montée fulgurante qui est mise en scène par Jean-Simon Traversy.

« Si vous écoutez bien, vous arriverez à devenir un peu comme moi », commence avec une assurance qui donne presque froid dans le dos que Cindy, fondatrice de Technologies Huldu inc., une entreprise d’intelligence artificielle.

Au grand bonheur de tous ceux et celles qui ont adoré le livre, le changement de genre ne change strictement rien à l’histoire. On pourrait même croire que l’histoire a toujours été écrite ainsi. L’absence d’empathie entremêlée d’épisodes de questionnements moraux semble coller parfaitement à la femme d’affaires.

Cet éloignement du livre est d’ailleurs plutôt rafraîchissant, considérant qu’il déroge du personnage féminin typiquement bienveillant dans son rôle de proche aidante.  Comme quoi, peu importe le genre, la cruauté humaine est au rendez-vous quand vient le temps de jouer ses cartes professionnelles.

1h40? Plutôt 2 secondes ¾

Le rythme effréné avec lequel les comédiens et comédiennes ont traversé les scènes et la répartie qui caractérise les personnages ont fait de la pièce un de ces moments qui passent trop vite. Du tac au tac, Cindy et ses comparses se lancent la balle à en faire perdre l’essence de toute morale. Vicieusement, leur raisonnement logique s’incruste sans que personne n’ait eu le temps de reprendre son souffle.

Puis, au moment où le public commence à réaliser que la femme d’affaires et conférencière qui se tient devant eux, jambes ancrées solidement sur scène, épaules droites et voix portante, a perdu son humanité au profit de sa soif de pouvoir, il est trop tard, la conférence est terminée.

La boucle est ficelée avec brio et on en prendrait plus!


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Éditorial: Le journalisme indépendant renaît de ses cendres

09 juin 2021 publié par Laurence Taschereau

Non, je ne parle pas de Phoenix, le nouvel album de Charlotte Cardin dans cet éditorial, mais bien du grand retour du bureau de l’information de CHOQ qui refait surface au moment où l’information sort des carcans pandémiques pour retrouver un semblant de...

Plus de détails
Nouvelle

Éditorial : Marginaliser l’art...un mea culpa journalistique

14 juillet 2021 publié par Laurence Taschereau

Dans les dernières semaines, entre le Festival de la Chanson de Tadoussac, le Petit Off de Québec et les nombreuses entrevues avec des compositeurs, compositrices, interprètes, musiciens et musiciennes de tous genres, vous l’aurez remarqué, la majorité de...

Plus de détails
Nouvelle

Éditorial : où sont ces jeunes qui ne travaillent pas?

11 août 2021 publié par Laurence Taschereau

Qui n’a jamais entendu un oncle, une tante, un employeur ou une employeuse dire : « les jeunes ne veulent plus travailler aujourd’hui », ou encore « les jeunes préfèrent profiter de la PCU et se la couler douce »? Le manque de...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8