TRAJECTOIRES

Découvrez les projets de recherche-création des diplômé.e.s de programmes de maîtrise ou de doctorat de la Faculté des arts de l’Université du Québec à Montréal, ainsi que les projets actuels de ses professeur.e.s. Ici, les créatrices et créateurs et chercheuses et chercheurs vulgarisent leur démarche scientifique, partagent leurs motivations et présentent une synthèse de leurs projets de recherche et de leurs réalisations artistiques.  

Découvrez les projets de recherche-création des diplômé.e.s de programmes de maîtrise ou de doctorat de la Faculté des arts de l’Université du Québec à Montréal, ainsi que les projets actuels de ses professeur.e.s. Ici, les créatrices et créateurs et chercheuses et chercheurs vulgarisent leur démarche scientifique, partagent leurs motivations et présentent une synthèse de leurs projets de recherche et de leurs réalisations artistiques.  

Tous les épisodes

TRAJECTOIRES 15 juin
Gisèle Trudel
Nous recevons Gisèle Trudel, professeure à l’École des arts visuels et médiatiques, membre chercheuse d’Hexagram et titulaire de MÉDIANE, Chaire de recherche du Canada en arts, écotechnologies de pratique et changements climatiques  Elle nous présente notamment Orée des bois, une installation éphémère à la confluence des arts et des sciences forestières présentée au Parterre de l’Agora du Cœur des sciences du 18 juin au 3 juillet 2022.  Orée des bois - Programmation complète et détails 
12 min
TRAJECTOIRES 15 juin
Résister à l’aliénation : Rémi Belliveau et Diyar Mayil en conversation avec Mojeanne Behzadi
Dans cet épisode, les artistes Rémi Belliveau et Diyar Mayil, lauréat.e.s 2022 de la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain, discutent des notions d’appartenance et d’aliénation ainsi que de leur rapport à l’archive et au langage.  Rémi Belliveau est finissant.e à la maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM et Diyar Mayil a récemment complété une maîtrise en beaux-arts à l’Université Concordia.  La conversation bilingue (français-anglais) est modérée par Mojeanne Behzadi, commissaire et poète. Actuellement directrice de Art Speaks, une série internationale de conférences en art contemporain, elle est également conservatrice (recherche et programmation) à Artexte. Un kiosque pour les personnes lauréates de la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain sera installé à la prochaine Foire Papier, où Rémi Belliveau et Diyar Mayil présenteront leurs œuvres du 26 au 28 août 2022. Allison Kalb, étudiante à la maîtrise en histoire de l’art à l’UQAM, assurera le commissariat de l’exposition. Pour découvrir le travail de Rémi Belliveau Pour découvrir le travail de Diyar Mayil  Plus d’informations sur la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain
23 min
TRAJECTOIRES 18 mai
Rémi Belliveau
Dans cet épisode, nous recevons Rémi Belliveau, finissant.e à la maîtrise en arts visuels et médiatiques et lauréat.e 2022 de la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain.   Iel aborde son rapport à la culture acadienne – enjeu phare de sa pratique artistique –, les questionnements identitaires qui l’habitent ainsi que ses projets à venir.   Pour découvrir le travail de Rémi Belliveau Plus d’informations sur la Bourse Claudine et Stephen Bronfman en art contemporain
1 min
TRAJECTOIRES 17 mai
Véronique Lacroix et Valérie Angenot
Véronique Lacroix, diplômée de la maîtrise en histoire et étudiante au doctorat en histoire de l’art, s’entretient avec sa directrice de thèse Valérie Angenot, égyptologue et professeure au Département d’histoire de l’art.   Elles discutent du projet de recherche de Véronique Lacroix, intitulé « L’expression “masculine” du pouvoir royal féminin en Égypte ancienne » et de sa cotutelle à l’Université Paris-Sorbonne.    Véronique Lacroix est lauréate de la Bourse Luc-d’Iberville-Moreau.     Pour consulter le mémoire de maîtrise de Véronique Lacroix Plus d’informations sur la Bourse Luc-d’Iberville-Moreau
1 min
TRAJECTOIRES 16 mai
Laure Bourgault et Christina Contandriopoulos
Dans cet épisode, Laure Bourgault (M.A. histoire de l’art, 2021), qui entamera un doctorat en histoire de l’art à l’automne 2022, discute avec sa directrice de recherche Christina Contandriopoulos, historienne de l’architecture et professeure au Département d’histoire de l’art.   Elles s’entretiennent notamment sur le projet de thèse de Laure Bourgault, intitulé « Représenter l’hydroélectricité : institution et critique d’un imaginaire national québécois ».   Laure Bourgault est la lauréate 2021 de la Bourse Luc-d’Iberville-Moreau.   Pour découvrir la pratique artistique de Laure Bourgault Plus d’informations sur la Bourse Luc-d’Iberville-Moreau
1 min

Vous aimerez aussi

Nouveau v1728
Miller m'a dit Miller m’a dit, de Jofre Scanani. Avec : François Lacroix-Lafrenière, Alexis Martin, Virginie Ouellet, Michelle Parent, Emanuel Robichaud. Mise en lecture et didascalies : Jean-François Côté (Professeur, Département de sociologie, UQAM)         Mot du metteur en scène (ou metteur en lecture) : Cette lecture radiophonique de la pièce Miller m’a dit, de Jofre Scanani, s’inscrit dans le cadre d’un projet de recherche financé par le CRSH, « Transculturation des Amériques : théâtre et droit ». Elle s’inscrit aussi bien entendu dans le cadre de la commémoration des Événements d’Octobre 1970 de l’automne 2020, et met à contribution un contexte où l’UQAM à l’époque a été touchée de très près par ces événements (certains professeurs et étudiants ont entre autres été touchés directement soit par des arrestations, soit par une participation directe à certaines actions du FLQ). Dans la pièce Miller m’ a dit, Jofre Scanani déplace de manière allégorique le sens de ces événements en interrogeant certaines des structures symboliques mises en œuvre dans ce contexte, en interrogeant entre autres la situation de la victime (dans la pièce : le Ministre Saint-Jean), ainsi que l’intrigue « de famille » qui s’est jouée à ce moment-là au Québec, tout en pointant vers des horizons qui touchent aux événements d’Octobre (comme le contexte culturel plus large – avec le Festival Western de Saint-Tite, qui en était alors à ses toutes premières éditions – et le contexte religieux, dont peinait toujours à se sortir le Québec des années 1960), sans pour autant qu’ils soient invoqués lorsque l’on fait retour aujourd’hui sur ces événements. La pièce propose une traversée déjantée de cet épisode tragique de l’histoire du Québec, en puisant aux formes du théâtre d’Arthur Miller, ainsi qu’au projet cinématographique du film The Misfits, dans lequel jouait son épouse d’alors, Marylin Monroe, pour laquelle il avait écrit le scénario. La pièce plonge dans tout cet univers de références diverses, tout en en tirant l’état d’esprit mélangé qui était alors à l’œuvre. Un grand merci, du fond du cœur, aux interprètes, Alexis, Emanuel, François, Michelle et Virginie, qui ont généreusement accepté d’embarquer dans ce projet, malgré les circonstances pandémiques difficiles de sa réalisation! - Jean-François Côté   Mot de l’auteur : « We need food, sex, and an image. The rest is commentary on these. » - Arthur Miller. Ce qui m’a toujours intrigué dans Octobre 70, c’est le fait que la seule victime qui y ait trouvé la mort était un représentant des Canadiens-Français. Je crois qu’on n’a pas réfléchi assez sur cet aspect des choses, avec toutes ses implications, dans ce moment politique crucial qui voyait l’avènement de la nouvelle identité québécoise. - Jofre Scanani.