Quand le jazz donne chaud à la Sala Rossa

14 juin 2018 publié par Maxime Bouchard

Quand le jazz donne chaud à la Sala Rossa

C'était humide mercredi soir à la Sala Rossa pour l'excitant programme double que nous proposait le Suoni Per Il Popolo. Le public avait chaud, tout comme les musiciens qui ont tout donné malgré la lourde atmosphère. Une soirée musicale sous le signe de l'intensité et de la rigueur.

L'humidité du bois et des cordes

Les couples en musique ne sont pas rares, mais sans doute un peu moins fréquents dans la sphère du jazz d'avant-garde. L'un des plus éminents est sans contredit la paire que forment le violoniste Mark Feldman et la pianiste Sylvie Courvoisier.

La configuration de la Sala Rossa avait de quoi permettre une connexion intimiste avec le couple de musiciens mercredi soir. Piano à même la salle et non sur la scène, public en face, mais aussi sur les côtés, sorte de bulle privilégiée. Le couple attaque leurs partitions férocement dès le départ avec une composition en 5 mouvements (Time Gone Up) écrite par Courvoisier. L'ambiance est ainsi mise pour quelque chose de rigoureux, hyper dramatique. Ils jouent 3 pièces, dont 2 de Courvoisier (Éclats for Ornette) et une de Feldman, suivi d'un petit rappel.

La musique jouée croise le champ du jazz d'avant-garde et de la musique classique plutôt contemporaine. C'est intense, rapide, noir. Courvoisier martèle le piano à la manière de Cecil Taylor ou de Monk, multipliant les accords majeurs. Elle pince les cordes à l'intérieur de l'instrument, sur lequel du ruban est apposé pour amortir la sonorité. Elle frappe de toute ses forces. Le beau Steinway & Sons est utilisé à son plein potentiel.

Feldman fait glisser ses doigts sur son violon, maniant l'archet à toute vitesse, alignant les séries de notes rapidement, narrateur d'une histoire somme toute épouvantable, sèche et plaintive, s'épongeant le visage constamment. Il a chaud, nous avons chaud. C'était bon, exigeant.

Lourd comme un trio

Tu mets sur l'affiche Craig Taborn, j'arrive en courant…tu ajoutes Ches Smith…puis Mette Rasmussen, je monte les marches de la Sala Rossa 4 par 4! J'exagère à peine. Depuis la première fois que j'ai assisté à une performance de Craig Taborn avec Hard Cell il y a 10 ans, je ne manque jamais ses passages à Montréal. Ayant eu le luxe de le voir en quartet en clôture du dernier festival Big Ears, cette configuration trio m'interpellait particulièrement par la présence de la saxophoniste danoise Mette Rasmussen. L’ayant souvent entendue sur disque, j’ai enfin pu me frotter à la dame en concert.

Et quelle force de frappe! Rasmussen est petite, blonde, avec des airs de première de classe, mais lorsqu'elle met l'anche à sa bouche, les particules s'alignent et tout part en vrille. Bon Dieu que c'est puissant. C'est fort, lourd, soutenu. J'ai même vu des spectateurs vers la fin du concert sortir les bouchons. Du gros free jazz comme je l'aime, sans inhibition, mais avec un contrôle permis par l'expérience sans faille de Smith et Taborn. Ça a été une heure (4 improvisations) dans ta face de brutalité musicale. J'ai changé de place pour aller sur le côté de la salle, juste en arrière du pianiste. J'étais à même de constater le doigté virtuose de Craig Taborn tout en ayant en arrière-plan, le visage expressif de Ches Smith à la batterie.

À l'avant, Rasmussen joue fort de son saxophone alto. Allant des graves profonds aux aigus biens hauts, elle place ici et là, du vibrato, des effets de langues et de gorge dans son jeu. Les phrases sont courtes, mais punchées. On pense à Ken Vandermark, Mats Gustafsson et Dave Rempis. Voilà une saxophoniste au style assumé, au talent bien formé qui, à 38 ans, atteint le haut de la hiérarchie des saxophonistes free.

Une dose d'énergie musicale nécessaire. Le gros sourire dans la face, décrassé complètement.

Photo tirée du site web de Suoni Per Il Popolo.


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Toronto et Chicago à la Casa del Popolo

18 juin 2018 publié par Maxime Bouchard

C'est à la Casa del Popolo que nous avions rendez-vous le samedi 16 juin pour un doublé jazz au pouvoir attractif mineur, mais au potentiel fort prometteur. Ce n'était pas une soirée à guichet fermé, mais ceux qui se sont déplacés ont pu...

Plus de détails
Nouvelle

Apprendre à être libre au Suoni Per Il Popolo

11 juin 2018 publié par Maxime Bouchard

Retour à la Sala Rossa après une trop longue absence. Quel plaisir que de s'y trouver par une belle soirée d'été. Un programme double attendait le festivalier avec la présence de deux géants du free jazz américain, le percussionniste Milford...

Plus de détails
Nouvelle

Retour sur le concert de Faye Maccalman + John Butcher, Matthew Shipp & Thomas Lehn

19 septembre 2017 publié par Maxime Bouchard

Faye Maccalman + John Butcher, Matthew Shipp & Thomas Lehn, Sala Rossa, 18 septembre 2017 Enchevêtrement sur St-Laurent Depuis que j'habite Québec, je manque inévitablement plusieurs bons concerts jazz dans la métropole (dernièrement ce fut Friends &...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8