Festival Akousma : pour une sensualité du son

20 octobre 2017 publié par Kevin Gironnay

Festival Akousma : pour une sensualité du son

Imaginez un tourbillon de sons électroniques et organiques, modelé de mains de maître bouillonnantes de créativité qui créent des symphonies de sons qui se meuvent dans l’espace. Cette musique acousmatique (oui oui, c'est son nom), peu connue du grand public, est ce qui donne une saveur particulière à l'expérience du festival Akousma dont la 14e édition commence cette fin de semaine. Nous rencontrons Louis Dufort, compositeur de musique acousmatique, et directeur artistique de Réseaux des Arts Médiatiques, la société de spectacles à l’origine de la série de concerts Électrochoc et du festival Akousma.

Louis Dufort a commencé à travailler pour Réseaux des Arts Médiatiques, créé par les compositeurs Jean-François Denis, Gilles Gobeil et Robert Normandeau en 1991 : à l’époque il était bénévole pour les ateliers de spatialisation lors de la série de concerts Rien à voir. Ce titre se voulait certainement un jeu de mots entre l’aspect expérimental de la musique diffusée, et le visuel des concerts de musique acousmatique où la scène, vide d’interprètes, laisse la place à un orchestre de haut-parleurs disposés autour du public.

Après un passage de Nicolas Bernier à la direction artistique pendant quatre années, les concerts se sont renommés Akousma. Louis Dufort comble cette place de choix depuis maintenant sept éditions.

Les choix de Louis Dufort, il nous les énumère : “La première chose que j’ai faite, c’est que j’ai amené le festival à Usine C qui convient plus à une vraie formule de concert, pour axer sur l’orchestre de haut-parleurs et optimiser l’écoute.” Tout en continuant la mouvance, amenée par son prédécesseur Nicolas Bernier, de renouer avec la performance et l’art numérique, la programmation de Louis Dufort révèle aussi la cohabitation de grands noms habitués du festival et du milieu de la musique acousmatique avec des noms de plus jeunes musiciens. Tous les âges sont représentés, et des artistes locaux vont partager l’affiche avec des artistes internationaux. La parité homme femme est d’ailleurs aussi atteinte, “sans faire exprès” nous avoue Louis Dufort.

Cette programmation est aussi, à l’image de son directeur artistique, tournée vers les musiques électroniques. “Je voulais ramener des compositeurs underground qui font de la musique complexe, qui n’est pas forcément de la musique techno et qui n’est pas pleinement de la musique acousmatique. L’idée c’est d’aller chercher ces artistes-là, qui sont dans des zones grises. Et leur faire bénéficier de la tradition d’une grande qualité d’écoute dans l’orchestre de haut-parleurs.” Il nous explique cette ouverture de genres : “L’important pour moi c’est de sentir que dans la musique, il y a une écriture. Et même si elle n’est pas construite pour une centaine de haut-parleurs, elle va pouvoir profiter d’une mise en espace de ceux-ci. Et c’est d’ailleurs très intéressant de voir des artistes qui n’ont jamais fait ça, être confronté à ce défi-là, et puis ils sortent de là émerveillés.”

Cette année encore, le festival Akousma nous propose alors d’écouter des monuments de la musique acousmatiques, comme Karlheinz Stockhausen ou Horacio Vaggione, mais aussi des artistes issus de cette “zone grise”, comme Byron Westbrook ou Rashad Becker.

C’est donc cette position-là que Louis Dufort occupe : celle de créer un terrain entre les artistes et le public. Le maître mot reste alors “l’écoute”, qu’il veut alors immersive “pour aller chercher une sensualité de sons, de textures, de couleurs, que l’on n’a pas l’habitude de recevoir.” C’est bel et bien une expérience hors du commun que le public vient faire aux concerts d’Akousma. Se retrouver au centre d’une centaine de haut-parleurs, ça ne peut pas se faire à la maison et c’est une des raisons pour lesquelles ce festival est un évènement qui vaut le détour à la fois pour sa forme et son contenu.

En plus des quatre concerts à Usine C les 25, 26, 27 et 28 octobre, une soirée se tiendra, le 23, au Conservatoire de Musique de Montréal où les ondes Martenot seront à l’honneur, tandis que Le Vivier / Gésù accueillera, le 24, une soirée tournée vers la performance et la musique mixte (jonction d’instruments acoustiques et électroniques).

Le festival se lance d’ailleurs ce vendredi soir à  la salle d’exposition Eastern Bloc avec une performance d’Adam Basanta et le concert en première mondiale d’un quintette d’éponges.

Pour découvrir ce festival hors du commun :

Le teaser du festival :

Évènement Facebook : https://www.facebook.com/events/1952432188332311/


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Éponger des sons avec Martin Marier

20 octobre 2017 publié par Kevin Gironnay

Le festival Akousma commence dès ce soir au centre d’exposition Eastern Bloc pour un premier concert où l’on retrouvera une performance d’Adam Basanta, artiste sonore montréalais, ainsi qu’une pièce écrite pour un..... quintette...

Plus de détails
Nouvelle

Akousma @ Eastern Bloc : de la sensualité, de la délicatesse et de la mollesse massive

23 octobre 2017 publié par Kevin Gironnay

Louis Dufort avait prévenu : le maître-mot du festival Akousma qui a débuté à Eastern Bloc ce vendredi, c’est « sensualité » ! Retour sur ce concert où les feedbacks se sont fait filtrés par des pots masson et où des...

Plus de détails
Nouvelle

Ça ondule à Akousma

27 octobre 2017 publié par Kevin Gironnay

Tu pensais que faire de la musique électronique, c’était frais et moderne ? En fait, tes arrière-grands-parents pouvaient déjà en faire ! Pour la deuxième soirée de son festival, et pour fêter les 75 printemps du Conservatoire de Musique...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8