Festif! Le deuxième jour

22 juillet 2017 publié par Catherine Charron

Festif! Le deuxième jour

Jacquelin a dû passer une sacré belle journée

Petit chemin sinueux en plein coeur de Baie-St-Paul, la rue Saint-Adolf a rarement dû accueillir autant de visiteurs sur son bitume. C’est que le perron de madame Jacqueline, petit îlot entouré de rivières de béton, accueillait Beyries en ce vendredi après-midi. Elle était simplement accompagnée de la choriste et musicienne, Judith, dans une formule intime qui se prêtait à merveille à la voix aérienne de la Montréalaise. Plus de 300 personnes se sont agglutinées dans cette rue exigüe pour vivre cette parenthèse dans la folie du Festif! Passant de son piano à sa guitare, Beyries a surfé sur les pièces de son premier album Landing avec une aisance qui prouve que le  spectacle bien rodé, interprétant au passage J’aurai cent ans en duo avec Louis-Jean Cormier. Heureux mélange de timbres de voix d’une délicatesse touchante, la pièce a été chaudement accueillie par une foule déjà en émoi devant la douceur et la sensibilité qui émane du répertoire de l’auteure-compositrice-interprète. Beyries marque par son contact avec les spectateurs: proche des gens, elle est drôle, fait de l’autodérision et remercie la foule d’être présente avec elle. Celle-ci le lui a bien rendu, ayant prêté une attention particulière à cette étoile montante de la musique folk du début à la fin de sa prestation.  

 

Vitrine mouillée

Reculée et entourée de grands sapins, la scène de la vitrine de Pantoum-La Bête était le lieu tout indiqué pour apercevoir une brèche de l’univers de Chassepareil. Avec la Berceuse pour les oiseaux d’hiver, le groupe conquiert les coeurs au rythme des envolées de leurs instruments. Comme en transe, chacun des cinq musiciens semblait vivre son propre petit moment d’extase sur scène alors que leurs doigts glissaient sur les cordes ou les touches de leur instrument. Ça ne semblait aucunement déranger les spectateurs qui se balançaient au son de la flûte traversière de Johannie Tremblay. Belle surprise pour les trippeux de folk: Mathieu Bérubé et sa voix profonde s’est joint à la formation originaire du Lac-Saint-Jean pour entamer la complainte Kyrie.

 

Tintamare nous a offert une performance aux antipodes de celle de Chassepareil. Ça déplace de l’air. Cette imposante fanfare punk scande les paroles de ses chansons et dénonce les injustices de ses voix rauques tout en mariant  une quantité imposante d’instruments dans une gigue endiablée. Tout aussi éclatée, la foule éclectique qui les accompagnait n’a pas arrêté de danser malgré la pluie diluvienne qui s’est abattue sur leur corps déjà mouillé de sueur. Comme quoi la prière du groupe de ne point voir le «ciel leur tomber sur la tête» n’a malheureusement pas été écoutée. Jeunes et moins jeunes ont même redoublé d’ardeur enivrée par les gouttes de pluie qui leur tombaient sur la tête. Fiers de leurs spectateurs, les membres de Tintamare, à l’abris des intempéries sous une bâche qui semblait elle aussi bouger au rythme des danseurs, ont eux aussi semblé apprécier ce rafraîchissement imposé, gardant leur fougue tout au long de leur performance. On comprend le phénomène qu’est cette formation lorsqu’on les voit en spectacle. Ils sont passionnés par cette musique qui leur ressemble. C’est sous un double arc-en-ciel que le spectacle s’est terminé, mettant fin à la première vitrine de Pantoum-La Bête.




Bof

Ça a pourtant bien commencé. Pour la première fois de son histoire, la place Desjardins du Festif! affichait complet. La température était à nouveau clémente. Le parterre était bien rempli. Mais Plants and Animals m’a déçu. Je l’avoue, je me suis dandinée sur cette musique qui rappelle Bahamas et Half Moon Run, comme on se dandine sur un tube qu’on écoute à la radio d’une oreille distraite en faisant sa vaisselle. J’ai aussi apprécié la voix de Warren Spicer et les crescendos qu’ont effectués le groupe lors de leur performance, leurs meilleurs moments, d’ailleurs. Le rythme n’y était pas cependant, le son me donnait l’impression de déjà-vu, il y avait un manque de communication avec le public et un manque de cohésion au sein du groupe. Ce sera pour une prochaine fois Plants and Animals.

 

L’amour toujours

Sous le chapiteau radio-canadien, Le Couleur portait bien son nom. Perdue dans un nuage de fumée colorée, la formation a livré la marchandise dans une messe rythmée par leurs mélodies tout droit sorti du  répertoire des années 80. Prêtresse de la pop suave, Laurence Giroux-Do dirigeait d’un déhanché de maître cette célébration accompagnée de ses apôtres du son synthétique. «Savez-vous être sexy? J’ai entendu dire que oui», déclarait avec certitude la jeune femme à la voix envoûtante tôt dans cette soirée où la sensualité était à l’honneur. Jouant principalement des pièces tirées de leur dernière galette, P.O.P, Le Couleur s’est permis un voyage dans le temps avec Femme, «la pièce qui permet de pogner les fesses de son voisin». La foule, bien que conservatrice en début de prestation, s’est vite déniaisée le derrière, sifflant et criant d’excitation à chaque transition entre les chansons. Devant autant d’amour, la voix du groupe a même affirmé que le Festif! détronnait Québec dans la catégorie du meilleur public. Emportés dans cette vague d’énergie qui déferlait dans la foule, les membres de la formation se sont même laissés aller dans des petites chorégraphies funky lors de leurs ponts instrumentaux. Voyage Amoureux a conclu en force cette prestation sans faute, au grand bonheur des amateurs, qui suivaient l’artiste dans le ver-d’oreille qui fait office de refrain. Cette musique a le pouvoir de transporter dans une époque qui n’est pas nôtre et elle le fait avec brio.

Photo: Le Couleur par Louis-Philippe Clavet


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Double concert à Mutek

28 août 2017 publié par Catherine Charron

Jour 5 au Mutek. Si on pensait qu’on ne pouvait pas encore passer de magnifiques moments, on avait tort : le festival d’art numérique et de musique électronique Mutek nous aura surpris jusqu’au bout ! Ce samedi soir offrait une programmation éclectique lors...

Plus de détails
Nouvelle

Festif! Le dernier jour

24 juillet 2017 publié par Catherine Charron

Bête de scène Peter Peter a pris d’assaut la scène Hydro-Québec lors de la troisième journée du Festif! de Baie-St-Paul pour présenter sa nouvelle galette, Noir Éden.  Artiste torturé dans l’âme, désinvolte...

Plus de détails
Nouvelle

Le Cabaret Festif dévoile sa programmation

09 janvier 2018 publié par Catherine Charron

Baie-Saint-Paul accueillera pour la 8e fois le Cabaret Festif de la Relève du 27 janvier au 31 mars 2018. Douze des 120 candidatures d’un peu partout au Canada ont été retenues pour égayer le nerf auditif des amateurs de sons émergents. Voici un...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8