Festif! Jour 1

21 juillet 2017 publié par Catherine Charron

Festif! Jour 1

Retour à Bebaie-St-Paul

Remontant sur scène dans la ville qui les a couronné gagnants du Choix du Jury au dernier Cabaret Festif, Miss Sassoeur et les Sassys ont entamé leur prestation en démontrant leur grande maîtrise des virelangues commençant par s. Rien de moins pour le groupe ayant le plus de cette consonne dans son nom. La Rengaine a ensuite réchauffé le coeur encore endormi d’une foule légèrement clairsemée (mettons ça sur le compte de l’heure hâtive). Les Sassys régulaient les déhanchés de la foule au rythme de leurs claquements de doigts et créaient une ambiance tropicale en imitant cockatiels et chimpanzés pour introduire la pièce Jungle. De vrais maîtres du divertissement.  La voix rauque et juste assez cassante de Miss Sassoeur est même allée se promener dans un registre plus émotif avec Jour Off, un «downer comme on en a besoin». Qu’à cela ne tienne, l’énergie est revenue en force avec une ode au booty qui se respecte et au respect de celui-ci dans une pièce plus engagée et dansante à souhait à l’image de ce band de gospel de ruelle. Mon petit coeur en aurait demandé plus.

Les charcuteries dansent

«On est là pour vous amuser» a scandé le bassiste du groupe country Les Viandes Froides, à peine les deux pieds mis sur la minuscule scène du Tony et Charlo. Promesse faite, promesse tenue.  Authentique comme pas un, ce produit de Charlevoix Ouest nous a transportés dans un party de taverne bien arrosé où il est difficile de voir la ligne qui séparait les musiciens de la foule. Ils jouent ensemble, se lancent des regards complices avant de trinquer et de «downhiller» le contenu de leur bock respectif.  Bien qu’il y ait eu des tentatives pour diminuer la température ambiante, aucun climatiseur n’a réussi à se débarrasser de la chaleur qui émanait de cette bande de joyeux lurons dans leur entrain pour donner un bon spectacle. C’est donc par nécessité que, plus les chansons s’enchaînaient, moins de chandails il y avait, non? Rafraîchissant de voir des spectateurs présents pour ce band bien de chez eux chanter des pièces qui doivent faire écho au lendemain de veille qu’ils vont probablement vivre ce matin. 

Avez-vous dit sauter?

Au même moment sur la scène Desjardins, Caravan Palace enflammait le sol de Baie-St-Paul de son jazz manouche revisité. Ça «a chauffé dans les basquettes» de la foule qui se laissait inspirer par les pas de swing des musiciens. Hyper organique comme musique électronique, la scène était couverte des instruments de Caravan Palace. D’entendre Zoé Colotis chanter plutôt que d’utiliser uniquement des sons préenregistrés donnait un charme, une profondeur à cette performance à des kilomètres de ce à quoi la scène électro m’a habitué. Le groupe jouait aussi avec des sons sympas comme tout directement tirés d’une comédie française des années 30 agencés à des beats bien d’aujourd’hui. Ce groupe d’électro swing sait comment maîtriser l’énergie des spectateurs, montrant à plusieurs reprises son contrôle de la foule en les faisant sauter à l’unisson lors de changements de tempo. Un gros party que ça a été.    

Communier sur du rock

C’est simple: Weaves, c’est du maudit bon indie rock. D’une simplicité à faire craquer, Jasmyn Burke, la voix au vaste registre du band, dansait de ses petits mouvements contenus, visiblement réjouie de l’énergie de la foule réunie dans le sous-sol de l’église malgré l’heure tardive. De ces quelques trémolos ici et de ces longs cris à faire frémir par là, elle ponctue ses pièces bien rodées, créant une genre de communion hypnotisante entre elle et la foule, sous le regard du Christ crucifié qui surplombe la scène. Weaves maîtrise les rifts de guitares soutenus à la limite du psychédélique autant que les beats plus langoureux, dans ce que le rock permet d’aller chercher notamment dans la pièce Coo Coo.  Digne d’un show pas trop trash du Ritz PDB, la performance générale nous a entraînés dans l’univers un peu distordu du groupe torontois. Les spectateurs étaient tellement réceptifs que certains ont perdu leurs élastiques, gracieuseté aux heads shakes bien vigoureux. Oui oui, on a même vu des mushs pit dans la maison du seigneur au Festif!.

Photo: Weaves dans le sous-sol de l'Église par Caroline Perron pour le Festif!


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

Chromatic: Un labyrinthe d'art dans un bâtiment presque oublié

04 mai 2018 publié par Catherine Charron

Le majestueux bâtiment de l’Ancienne École des beaux-arts de Montréal sera cette année le théâtre de la neuvième édition du festival Chromatic. C’est ce qu’a annoncé le pas peu fier directeur général de...

Plus de détails
Nouvelle

À bas le racisme un pas de breakdance à la fois

09 août 2017 publié par Catherine Charron

Plein de belles nouvelles pour la 4e édition du forum social de Montréal-Nord Hoodstock qui se tiendra du 11 au 13 août 2017! On compte entre autres dans leur programmation l'inauguration de leur local officiel le 11 août, plusieurs ateliers adressés aux jeunes et...

Plus de détails
Nouvelle

Itinéraire sensé pour Nuit Blanche disjonctée

03 mars 2017 publié par Catherine Charron

Petite proposition sympathique pour une Nuit Blanche composée d’une palette hallucinante d’activités colorées qui vont te combler, oh toi jeune consommateur de podcasts signés Choq.ca. Découvre ici un circuit pensé pour ton baby body, question...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8