Être touriste dans sa propre ville

08 juin 2017 publié par Camille Foisy

Être touriste dans sa propre ville

Le spectacle de clôture du Festival TransAmérique, Jusqu’où te mènera Montréal, est à l’image de cette 11e édition de ce rendez-vous annuel en mettant de l’avant la diversité propre à la métropole et l’aspect risqué de la création artistique.

L’énergie dans la salle est inspirante lorsqu’on y met le pied pour la première fois, laissant présager une soirée festive d’essais artistiques. Un groupe musical réunissant les artistes Navet Confit, Guido Del Fabro et Benoit Landry nous accueille avec une série de chansons improvisées qui ont pour thème les extensions de Parc-Extension, les hipsters du Mile-End ou le poulet de papi. Je m’attends donc à ce que la pièce soit à l’image de cet accueil : éclatée, rythmée et juste assez satirique.  

 

QUE NENNI

À l’image des soirées organisées par l’organisme Jamais Lu, la pièce unissait sept lectures de textes  fraîchement extraits des ordinateurs de sept auteur.es pour découvrir tout autant de quartiers de Montréal. Toutefois, je dois avouer que le rythme du spectacle m’a laissé sur ma faim.

Bien qu’il ait eu ses moments forts, j’ai le sentiment qu’on aurait pu réduire la représentation d’une heure. La scénographie propre aux lectures publiques, soit des micros en avant-scène où l’espace est partagé entre acteur.es et auteur.es, est un couteau à double tranchant. D’un côté, il permet de stimuler l’imaginaire du spectateur en lui laissant la possibilité de créer lui-même les paysages évoqués et de l’autre, il réduit de beaucoup la possibilité de jeu physique. Les textes longs et descriptifs paraisse alors interminables. 

Autre endroit où le bât blesse : le choix des auteur.es. Sur scène, on pouvait voir sept écrivain.es de divers horizons. Quatre femmes, deux anglophones, une immigrante et une autochtone. On en avait pour tous les goûts grâce à leur style aux antipodes les uns des autres. Que vous soyez intéressés par un style d’écriture plus descriptif ou plus vivant, il était certain qu’au moins un des sept auteur.es allait répondre à vos préférences.  Gard à vous si vous n’appréciez que cette manière particulière d’écrire, la soirée sera longue. 

Outre ces petits détails, j’ai tout de même été bien satisfaite par l’idée qui se cachait derrière Jusqu’où te mènera Montréal. Le metteur en scène, Martin Faucher, n’y est pas allé au hasard pour associer quartiers et auteur.es. Entendre Marie Louise Bibish Mumbu, écrivaine originaire du Congo, nous raconter comment elle a fait face aux préjugés dans Westmount ou comment Sébastien David a été touché par la dure réalité des jeunes de Saint-Michel m’a fait remettre en question ma place dans ma ville. Grâce à ses associations basées sur la différence, j’ai découvert ou redécouvert certains quartiers de la métropole sous un point de vue parfois si loin du mien qu’il m’aurait été impossible de le concevoir d’une autre façon que par ce spectacle.

 

TERMINUS, MERCI D'AVOIR VOYAGER AVEC LE FTA

La clôture de la représentation est selon moi l’élément le plus fort de la production et même de cette édition du FTA. Dernier arrêt : le vieux Montréal, vu par Mélissa Mollen Dupuis. La femme aux origines autochtones nous fait découvrir le plus vieux et le plus touristique quartier de la ville. Elle pointe du doigt les traces effacées des échanges entre premières nations et immigrants français du 17e siècle. Un texte touchant qui nous accroche un sourire ironique sur les lèvres en ces festivités du 375e anniversaire de la ville.

Vous pourrez lire les textes des sept auteur.es qui seront publiés par l’Atelier 10 sous peu. 


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

L'art électronique : du pareil au même à travers l'Amérique

14 août 2018 publié par Camille Foisy

Si vous pensiez que la littérature électronique était un sous-genre méconnu, et bien, qu'en est-il alors de l'art numérique de l'Amérique Latine ? Ce dimanche, c'est à l'agence TOPO que le public montréalais a pu gouter aux...

Plus de détails
Nouvelle

C'est quoi ça, la mode ?

24 août 2018 publié par Camille Foisy

Que ce soit avant-garde ou populaire, il est difficile de savoir ce qui est fashion ou non. L'équipe de CHOQ.ca a profité du Festival Mode et Design pour essayer de comprendre : C'est quoi la mode. Est-ce un art, une problématique sociologique ou simplement une autre...

Plus de détails
Nouvelle

Un an après l’incendie : la flamme de Petite-Vallée ne s’éteint pas

02 juillet 2018 publié par Camille Foisy

Le retour du Festival en Chanson de Petite-Vallée rappelle aussi aux citoyens du village de la Gaspésie les douloureux souvenirs de l’incendie du Théâtre de la Vieille Forge et de l’auberge de la maison l’hebreux. Ces infrastructures n’ont pas...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8