Double concert à Mutek

28 août 2017 publié par Catherine Charron

Double concert à Mutek

Jour 5 au Mutek. Si on pensait qu’on ne pouvait pas encore passer de magnifiques moments, on avait tort : le festival d’art numérique et de musique électronique Mutek nous aura surpris jusqu’au bout ! Ce samedi soir offrait une programmation éclectique lors des deux concerts auquel j’ai décidé d’assister : A/VISIONS 3 et DON’T ASSUME 2.

Lucas Paris - AntiVolume IN/EXT

Au monument national, pour A/VISIONS 3, la soirée commence par une prestation du compositeur et artiste Lucas Paris. C’est la trinité sur scène : l’artiste est entouré de trois stations de contrôleurs tandis que trois tours de lumières siègent aux coins de la scène. Ces totems lumineux réagissent avec la musique et illuminent tantôt la salle, tantôt l’artiste au centre de la scène. Au centre des contrôleurs dont il est lui-même le créateur, Lucas Paris déambule entre ces stations, décide de régler quelques détails par ici, de rectifier quelques faders par là, tout en dansant. La musique évolue entre ambient et pulsations, avec des accents données aux basses soigneusement confectionnées et qui viennent parfois te rentrer dedans et parfois te caresser le tympan.

Par ici pour y jeter un coup d'oeil.

Michela Pelusio + Glenn Vervliet - SpaceTime Helix

Cette performance aura marqué les esprits grâce à un concept simpliste et un résultat qui tient de la magie ! Le duo d’artistes a attaché une corde du sol au plafond : alors que celle-ci tournoie et que de la lumière stroboscopique tremble depuis le sol, une forme fantomatique se dessine devant les yeux ébahis de tous les spectateurs présents. Le duo vient ensuite manipuler les fréquences de tournoiement de la corde et de tremblement de la lumière pour nous présenter des formes les plus incroyables les unes des autres. Michela Pelusio vient parfois manipuler la corde, y accrochant des objets qui viennent complexifier le rendu visuel. La musique est à la fois limpide, utilisant des fréquences pures, et parfois abrasive avec des matières sonores souvent brutes.

À deux reprises, la corde se décrochera, mais les artistes donneront une bonne leçon de vie en fixant le problème et en reprenant la performance, à chaque fois sous les applaudissements du public. Malgré la malchance, ils iront jusqu’au bout de la performance et c’est devant un public debout que le duo saluera.
Soyez ébahis ici.

 Murcof & Jimmy Lakatos - Nebula

 Pour finir la troisième et dernière soirée A/VISIONS, on continue avec un dispositif hors norme : le musicien et producteur mexicain Murcof s’associe avec l’artiste visuel montréalais Jimmy Lakatos pour créer un spectacle utilisant des lasers et leurs reflets sur une surface blanche qui occupe tout le fond du décor. Les lasers sont tournés vers un minuscule dôme au centre de la scène et leurs micromouvements créent des formes qui ont certainement inspiré le titre de la pièce : Nebula. La musique soutient parfaitement ce voyage spatial avec des nappes lumineuses et sans aucune action abrupte. C'était le meilleur moyen de redescendre de toutes les émotions du concert.

 Imaginary Landscape

 Ce projet, dont le nom est tiré de la série d’œuvres composée par John Cage, est une composition de Pierre-Luc Lecours qui joue des machines et du gramophone, impliquant Charlotte Layec à la clarinette basse, et Myriam Boucher à la projection vidéo. C’est le premier spectacle auquel j’assiste après être arrivé à l’édifice Wilder pour la deuxième soirée Don’t assume.

Sur scène, Pierre-Luc et Charlotte sont judicieusement illuminés par les projections de Myriam. Ils offrent alors une pièce qui semble être pré composée, mais dont certains aspects paraissent improvisés de par le plaisir évident que les artistes prennent à être sur scène ! La musique s’attardera à l’exposition de textures mêlés de sons tenus de la clarinette et de mise en place de nappes de synthétiseurs, avant de s’aventurer dans des contrées qui décapent l’espace avec des masses sonores qui se meuvent au rythme des visuels de Myriam. On sort d’Imaginary Landscape avec un sentiment plaisant d’avoir vécu une expérience formée, d’avoir suivi une fine narration.
Pour poursuivre l'expérience c'est ici.

 Ben Shemie - Enduring Love

 La suite verra la scène se remplir de trois amplificateurs de guitare. Pour autant, aucune trace de guitare dans les parages : Ben Shemie, membre du groupe montréalais Suuns, ne s’équipe que d’un microphone. Sa performance le verra déambuler entre ces amplis et ces pédales d’effets, approchant son micro aux haut-parleurs afin de créer du feedback et pour nous offrir un set de drone de haut-vol. On évoluera avec lui dans les découvertes plus ou moins heureuses dues à l’imprévisibilité de son matériau. On peut d’ailleurs le voir faire des grimaces, rester immobile, dos au public, contemplant ce qui se passe et pensant à la suite. Il saura nous guider jusqu’aux derniers soupirs de ses amplis...

Photo prise lors de Imaginary Landscape, gracieuseté du MUTEK

 

 


Retour aux nouvelles

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8