Des mûrs et des recrues au Zoofest

17 juillet 2018 publié par CHOQ.ca

Des mûrs et des recrues au Zoofest

Par Fréderic Jobin 

Du 5 au 28 juillet se déroule la dixième édition du Zoofest, petit frère du festival Juste pour rire. Voici une première impression de quelques-uns des nombreux spectacles présentés.

Spectacle des auteurs, cuvée 2018

L’École nationale de l’humour a présenté le traditionnel spectacle des diplômé.e.s de son programme Écriture humoristique. La formule repose sur quatre comédien.ne.s interprétant divers sketches écrits par les sept finissant.e.s de la cuvée 2018. Malgré quelques sincères éclats de rire et deux ou trois sketches fort bien construits - la parodie  de l’émission Dans l’oeil du dragon et le souper entre ami.e.s étaient particulièrement savoureux -, le tout demeure très prudent. Ni désagréables ni offensants, les textes présentent souvent des situations maintes fois visitées et revisitées, que ce soit une discussion malaisante de nature sexuelle entre une grand-mère et sa petite-fille, une femme forçant son conjoint à essayer un nouveau commerce ou des jeunes qui parlent «jeune».

L’ensemble n’est toutefois pas dénué d’intérêt, comme en fait foi l’ovation qu’a reçue l’équipe. Il faut également souligner la finale rocambolesque où une séance d’un club de lecture dégénère en duel armé, avant de se terminer en chanson rassembleuse et révolutionnaire.

Mûr

La soirée s’est poursuivie avec Mûr, premier spectacle de 60 minutes du fabuleux Alexandre Forest. Une autre étoile montante, Sam Boisvert, a savamment assuré la première partie. Ce jeune humoriste à surveiller - parions qu’il aura à son tour un premier 60 minutes l’an prochain - s’est servi d’une autodérision bien maîtrisée pour réchauffer la foule pendant quelques minutes, pavant ainsi la voie pour la pièce de résistance.

S’en est suivie une heure d’Alexandre Forest en pleine maîtrise de la scène et de ses moyens. Les 60 minutes se sont passées imperceptiblement, les numéros coulant logiquement les uns dans les autres. Le public, généreux de rires et d’applaudissements, a eu droit à une variété impressionnante de sujets. Forest n’a pas hésité à aborder des terrains glissants ou personnels, que ce soit la maladie mentale, le féminisme ou l’inconfort de certaines personnes face à l’ambiguïté relative à l’orientation ou l’identité sexuelle.

Grâce à l’indéniable qualité de sa plume, il a offert quelques numéros qui pourraient devenir des pièces d’anthologie, comme sa superbe métaphore sur l’adoption d’un chien pour exprimer la peur de l’attachement. Ce premier spectacle de 60 minutes, toujours une grande étape dans la carrière d’un humoriste, a permis de confirmer qu’Alexandre Forest a bien sa place parmi les futures étoiles du milieu.

Des si et des rais

Difficile de dire non à un enregistrement devant public de la populaire baladodiffusion Des si et des rais! Le groupe n’a pas déçu le public venu envahir les Katacombes pour l’occasion.

Les personnes présentes ont eu droit à Nicolas, encore et toujours le souffre-douleur, avec sa chronique mal-aimée Sauce 5 (Savoir-absolu-utile-concret-éternel en 5 minutes) et à Murphy Cooper, venu improviser un poème revendicateur écrit d’avance. Mathieu Niquette a résumé un épisode particulièrement étrange de l’émission Et si on se faisait du bien, animée par Christian Bégin. Tandis que Maxime Gervais a présenté l’histoire d’un garçon aux trois testicules, Sophie Post-Croteau a expliqué les diverses méthodes pour greffer un pénis. Le tout s’est conclu avec le deuxième épisode d’une fanfiction mettant en vedette Justin Bieber, dénichée sur internet par Étienne Forest.

Bien sûr, quelques personnages étaient de passage, dont le lutteur Benjamin Toll et l’agent d’immeubles Guy Spears. Dom Massi était aussi de la partie. Enfilant les souliers de Nitro - frère du maître saucier et parodie d’un participant à Un souper presque parfait -, il est venu nous donner de ses nouvelles: il a perdu son bateau à cause du fisc, il s’adonne maintenant à la vente de cannabis et il trouve quand même qu’on a un «été d’cul!». Massi a également incarné Marcus, un apprenti humoriste français et le grand «hater» Bertrand d’Anjou, animateur du podcast N’en veux-tu une?

 

Le festival Zoofest se poursuit jusqu'au 28 juillet. 


Retour aux nouvelles

VOUS AIMEREZ AUSSI

Nouvelle

OSHEAGA 2016 | 11e édition bien remplie

01 août 2016 publié par CHOQ.ca

Une autre belle édition du célébrissime festival OSHEAGA s'est terminée hier soir et les festivaliers rêvent déjà à l'édition 2017. Cette année, on a eu droit aux Radiohead, Lana Del Rey et Red Hot Chili Peppers de ce monde, mais...

Plus de détails
Nouvelle

ENTREVUE avec Tendre

13 juin 2017 publié par CHOQ.ca

Dans le cadre de la soirée "Distorsion: présente Michelle Blades", nous avons reçu la première partie qui ouvrira la soirée : Tendre. Raphaëlle Thibault-Vanasse s'est entretenue avec la chanteuse de la formation Laurie Beaulieu. Ça jase musique, arts,...

Plus de détails
Nouvelle

Mini-show #8 de CHOQ.ca: ENTREVUE/PERFO avec Antoine Corriveau

15 février 2017 publié par CHOQ.ca

En octobre dernier, l'auteur-compositeur-interprète Antoine Corriveau a fait parraître Cette chose qui cognait au creux de sa pointrine sans vouloir s'arrêter. Un très grand album orchestral qui en aura fait frisonner plus d'un. C'est notre directrice musicale,...

Plus de détails

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8