Des histoires plein l'atelier

18 mai 2017 publié par Fabrice Valcourt

Des histoires plein l'atelier
Télécharger

Une grande mosaïque fort jolie, mais avec un léger manque d’homogénéité. C’est ce que laisse comme impression la cinquième édition du spectacle Les Laissés Pour Contes présentée pour la première fois le 16 mai dernier. Un ensemble de contes qui s’imprègne d’un caractère urbain digne du théâtre de rue.

Cette urbanité se fait d’abord sentir à même les contes. Avec pour thème central le courage, les récits choisis jettent un regard sur différentes tranches de vies de montréalaises, parfois contées par des personnages qui les ont vécues, parfois par des personnages qui les ont vues ou entendues. Sans qu’ils aient de lien entre leur trame narrative, ce sont toutes des histoires émouvantes qui prennent vie dans la métropole. Il n’est pas question ici de théâtre classique. Bien que l’événement soit présenté comme de l’art théâtral, le spectacle est plus proche de l’art de performance et du conte traditionnel.

Toutefois, les histoires sont un peu décousues l’une de l’autre. Bien que chaque pièce s’articule autour du courage, ça ne suffit pas à les unir. Les références flagrantes de certains contes au thème de cette édition créent une rupture avec ceux qui s’en sont inspirés de manière plus nuancée.

Ceci n’altère toutefois en rien à la qualité des scénarios présentés. On passe très rapidement d’une émotion à l’autre, du rire aux larmes, en passant bien souvent par l’indignation. La plupart des textes sont des critiques sociales : l’un critique les conditions de vie des personnes âgées, l’autre la culture du viol. Un autre encore dénonce la conception du bonheur et de la pensée magique. Encore une fois, ces critiques ne sont pas liées ensemble concrètement et cela contribue au sentiment de manque de cohésion entre les récits que l’on nous propose.

La formule nous permet aussi de voir le jeu d’acteur d’une façon peu commune au théâtre. Le spectateur est très près du comédien lors de sa performance. Cet aspect intime permet de voir toutes les subtilités dans le jeu d’acteur, du discret soupir à la plus évidente grimace.

 

Cubicules et oeuvres d'arts

L’urbanité se fait aussi sentir dans la scénographie des histoires qui composent Laissés Pour Contes. Prenant vie dans l’atelier du sculpteur Jean Brillant, les différents chapitres de cette représentation créent un arrangement hétéroclite de petites scènes agrémentées des sculptures de l’artiste. L’acteur ne fait donc qu’un avec ces œuvres visuelles, ce qui permet des perspectives de jeu fort intéressantes. Séparé en groupes d’environ quinze personnes, le public déambule entre chacun de ces contes, parcours sinueux entre les malheurs des personnages.

Ce choix scénique n’apporte toutefois pas que des bienfaits à l’évènement. L’atelier est une grande salle ouverte, qu’on a séparée à l’aide de rideaux et de panneaux. L’acoustique n’est donc pas parfaite dans la salle. Difficile de se concentrer sur ce qu’un personnage raconte quand on entend la tirade d’un autre au loin.

En somme la cinquième édition des Laissés pour contes nous propose un spectacle de qualité, où l’excellent jeu des acteurs se mêle à une mise en scène particulière et captivante. Beaucoup plus une expérience qu’une simple pièce, qui suscitera à la fois de l’appréciation et des réflexions sur le monde dans lequel nous vivons.

Le journaliste Fabrice Valcourt a discuté avec la responsable de la mise en scène de cette 5e édition Valérie Le Maire, et la comédienne Carmen Sylvestre à la fin de cette première représetation. L'entrevue est disponible en baladodiffusion.

Il vous sera possible d'assister à une représentation de Les Laissés Pour Contes jusqu'au 27 mai 2017.

 


Retour aux nouvelles

CHOQ.CA

CHOQ.ca est la plateforme média numérique de la communauté universitaire de l’UQAM. Elle favorise les projets, les partenariats et l’apprentissage au sein de sa communauté et est toujours à l’affût des nouvelles tendances radiophoniques et médiatiques.

La radio

Inscris-toi à notre infolettre

Nous joindre

Téléphone

514-987-3000 poste 2629

En studio

514-987-3000 poste 1610

Courriel

info@choq.ca

Horaire Administratif

Été: lundi au jeudi de 9h à 18h

Automne-Hiver: lundi au vendredi de 9h à 18h

Emplacement du studio

Local A-M930

400 rue Sainte-Catherine Est

Pavillon Hubert-Aquin (niveau métro)

Montréal (Québec) H2L 2C5

Adresse postale

CHOQ, la radio Web de l'UQAM

Case postale 8888 succ. Centre-Ville

Montréal (Québec) H3C 3P8