Mission encre noire

Mission encre noire parle de littérature tous les mardis soir en direct à 19h00 sur Choq.ca et vous donne l'envie de lire

www.facebook.com/home.php#!/pages/Mission-encre-noire/127877150613902
Épisodes
  • Émission du 24 mai 2016
    24 mai 2016 | 1 heure

    Mission encre noire Tome 17 Chapitre 221 Nous sommes en 2012, deux mois avant Noël, Franck Bascombe a désormais 68 ans. Au lendemain de la réélection de Barack Obama, il doit se rendre compte de la réalité sordide du passage de l'ouragan Sandy sur les côtes de l'est des États-Unis. Richard Ford publie En toute franchise en 2015 aux éditions de l'Olivier.Son personnage fétiche, Franck Bascombe apparu en 1986, est de retour. En toute franchise est un livre incisif sur une Amérique qui peine à nous faire rêver encore. Cette Amérique si souvent glorifiée dan son rêve, sa liberté, son melting pot, n'est pas celle qu'on croit.

    Extrait: «Au bout de Central Avenue, où se situait ma maison, il n'y a jamais eu de vraie rue mais un simple panneau - Poincinet Road -, avec une piste de sable rudimentaire le long de la grève, ainsi que cinq demeures en tolérance, ouvrant sur l'océan et la plage opalescente: un rêve. Vue imprenable sur le paradis, seulement masquée par cette saleté de Portugal. C'est aujourd'hui devenu une vraie rue, ou plutôt c'était, avant que le train fou du changement climatique déraille chez nous avec sa cargaison de merde.»

    Bowie l'autre histoire de Patrick Eudeline paru en 2016 aux éditions de La Martinière.Un livre bref et passionné. Patrick Eudeline nous partage, avec fougue, l'angoisse qui l'envahit à l'annonce de la mort de David Bowie. Voici un portrait virulent, bourrés d'anecdotes sulfureuses et de vérités qui dérangent de l'homme aux multiples visages. Patrick Eudeline, fine plume turbulente de la rock critique française, écrit comme il le pense, le rock est une roulette russe, sans compromis. L'auteur vous réserve la place au premier rang pour revisiter la vie et l'oeuvre de David Bowie. Le pied dans le tapis, comme il se doit.

    Extrait: « La génération baby-boomeuse, celle de Bowie, a été sauvée deux fois par l'Amérique. À la libération et pendant les années 1950, quand tout ce qu'elle offrait semblait divine échappatoire au monde étriqué de la vieille Europe des fifties. Ces absolute beginners, en Angleterre comme en France, en Italie ou même en Allemagne, allaient s'imprégner d'Amérique. Films de cow-boys et d'indiens comme de la guerre, jazz, poésie beatnik, chewing-gums Wrigley's, Marlboro, chemises Oxford ou jeans Levi's. Tout était bon à prendre. Même avant que le rock'n'roll ne débarque soudain, pour tout chambouler.»

    Lauréats 2016 des Printemps Meurtriers de Knowlton:

    Prix Tenebris

    Meilleur roman québécois de littérature noire: L'heure sans ombre de Benoît Bouthillette (Druide)

    Meilleur roman, littérature policière de langue française, distribué au Québec: L'affaire Myosotis de Luc Chartrand (Québec Amérique)

    Prix spécial du jury: Faims de Patrick Sénécal (Àlire)

    Meilleur vendeur québécois: Six minutes de Chrystine Brouillet (Druide)

     

  • Émission du 17 mai 2016
    17 mai 2016 | 1 heure

    Mission encre noire Tome 17 Chapitre 220 Le festival du polar de Knowlton est de retour cette fin de semaine du 19 au 22 mai 2016. Les Printemps Meurtriers, comme chaque année fourmillent d'activités et de rencontres en tout genre qui viendront pimenter votre curiosité pour un genre littéraire en plein essor, ici, au Québec. Nous saisissons la balle au vol, Morgane me rejoint pour une carte blanche à Carnets noirs exceptionnelle. Jacques Saussey est un auteur français qui publie en 2016 aux éditions du Toucan noir, Le loup peint. Un polar virulent et qui tournera au cauchemar pour un vétérinaire de l'Yonne, en France. Une série d'évènements sans doute fortuits vont précipiter sa rencontre avec un tueur en série des plus cruel. Pour ajouter à l'horreur, une bien étrange maladie, aussi fulgurante que mortelle s'abat sur la région. Jacques Saussey est notre invité.

    Extrait: «Puis il entendit la première marche grincer. Il se recroquevilla sous le guéridon jusqu'à sentir la plinthe lui entrer dans la chair. Le frottement des semelles, qui montaient lentement sur le parquet en essayant de faire le moins de bruit possible, devint vite intolérable. Les jambes apparurent dans son champ de vision. Il reconnut alors l'odeur de la terre sur le pantalon de l'inconnu. Mais ce n'était pas de la terre du jardin. Non. plutôt celle de la forêt. Et puis il y avait aussi celle du sang.»

    Agenda Culturel:

    Festival Les printemps Meurtriers de Knowlton du 19 au 22 mai. À ne pas manquer !

  • Émission du 10 mai 2016
    10 mai 2016 | 1 heure

    Mission encre noire Tome 17 Chapitre 219 

    On parle bande dessinée cette semaine avec une première carte blanche à Dans ta bulle

    Après La Vie secrète des jeunes, la nouvelle chronique de notre époque par Riad SattoufLes Cahiers d’EstherEcrits d’après les histoires vraies d’une petite fille, Les Cahiers d’Esther nous plongent dans le quotidien d’une fille de 10 ans qui nous parle de son école, ses amis, sa famille, ses idoles. En cinquante-deux pages qui sont autant de saynètes sur un thème à chaque fois différent, Esther nous raconte sa vie et son époque. Ce qu’elle ne dit pas à ses parents, elle le raconte dans ce journal intime, tour à tour drôle et émouvant, tendre et cruel : un portrait de la jeunesse d’aujourd’hui et un miroir de notre société.

    Depuis 2013, Jean-Christophe Menu tient la rubrique Chroquettes dans les pages de Fluide Glacial. Mélange d'autobiographie et de reportage, les Chroquettes abordent essentiellement deux axes complices : la musique (ici plutôt underground, garage, punk, expérimentale ; même si Neil Young ou Alice Cooper y ont aussi leur place) et la bande dessinée (du graphisme alternatif à l'influence de grands anciens tels Gotlib ou Moebius). 

    La collection Sociorama de Casterman signe la rencontre entre bande dessinée et sociologie. D'un côté, des sociologues amateurs de BD qui ont créé l'association Socio en cases; de l'autre, des auteurs de BD curieux de sociologie. Ensemble, ils ont initié une démarche originale : ni adaptation littérale, ni illustration anecdotique, mais des fictions ancrées dans les réalités du terrain. Toute ressemblance n'est pas pure coïncidence...

  • Émission du 3 mai 2016
    03 mai 2016 | 1 heure

    Mission encre noire Tome 17 Chapitre 218 Sudation curative et polar Sud-Africain ce mardi. Le guide des saunas nordiques de Geneviève Drolet paru en 2016 aux éditions Tête Première mêle visite curieuse et truculente des saunas en Europe du nord et l'histoire d'une jeune femme, Emelyne, qui cherche à fuir une histoire qui la ronge. Finlande, Estonie, Allemagne, Geneviève Drolet nous invite au voyage, une fois de plus, pour un cinquième roman vivifiant autant que fascinant.

    Extrait: «Au sauna, une dizaine de femmes de plus de 70 ans se savonnent en choeur à côté de leur bac de plastique. Fouit Fouit Fouit Fouit que ça fait. Emelyne voit bien qu'elles se demandent ce qu'elle fabrique là. Une fille en âge de travailler ne vient pas au sauna l'après-midi. Emelyne éprouve toujours un peu de réticence à prendre sa douche, elle se demande si c'est acceptable. Comme tout le monde utilise des bacs en plastique remplis d'eau, elle a l'impression que c'est répréhensible d'utiliser la douche, que c'est du gaspillage, comme sa présence dans cet établissement alors qu'elle devrait travailler. Comment leur expliquer que c'est ce qu'elle fait ?»

    Deon Meyer, le Sud-Africain, grand amateur de vin millésimé, nous offre avec En vrille paru en 2016 aux éditions du Seuil, l'occasion de lever le voile sur un part sombre de l'histoire viticole Sud-Africaine. Un jeune homme, patron d'une start-up qui monte, est retrouvé mort sur les terres d'un vignoble. Benny Griessel s'associe malgré lui au capitaine Cupido pour remonter le fil de l'enquête. Après 602 jours d'abstinence, sous le coup du désespoir, Benny prend la brosse de sa vie, une de trop ? Rebondissemenst et suspense garantis, par un maître du genre, pour un thriller qui ne ménage personne, et surtout pas la société Sud-Africaine.

    Extrait: «Les ouvriers agricoles ont une relation organique avec tout ça. Je pense qu'ils ont un sens poussé de la lente évolution des saisons, de l'influence du vent, de la pluie, de la chaleur, du froid et de la terre. Du terroir. Nous les Blancs, on veut que tout se conforme aux petites cases dans le calendrier accroché au mur. Si la KWV exige de vendanger, on vendange. Nous n'avons pas un millénaire de viticulture derrière nous comme les Français. À cette époque, on n'avait pas la patience ou la volonté de produire un vin exceptionnel. Nous n'avions pas ce sens du long terme, de la nature, des cycles, de la vinification.»

    Agenda culturel:

    Festival Anachronik 2016 le 5, 6 et 7 mai à Montréal. Suivez nos émissions en directes du bus Choq.ca, parqué sur la rue St Denis pour l'événement.

  • Émission du 26 avril 2016
    26 avril 2016 | 1 heure

    Mission encre noire Tome 17 Chapitre 217 Frissons garantis ce soir ! Vous aimez avoir peur dans le noir ? Éric vous propose Demonica, un récit d'horreur d'Hervé Gagnon, paru en 2016 aux éditions Recto-Verso. Damné, Malefica, sont déjà des séries sur le même thème, publiées par l'auteur. Également reconnu pour ses polars, il n'en est pas à ses permiers pas dans le genre. En 1563, une colonie de huguenots fuit les guerres de religion européennes et embarque vers le Nouveau Monde. Havre-Grâce, non loin d'Hochelaga, dans ce qui deviendra le Québec, sera leur destination finale et le théatre de souffrances pour le moins inattendues.

    Extrait: «Un regard furtif nous a suffit pour confirmer que nous songions aux même choses: la petite Louise assise dans son coin, recroquevillée et baignant dans les excréments dont elle s'était elle-même maculée ; son regard affamé qui nous suivait partout, au-dessus de ses genoux qui cachaient le bas de son visage et son sourire rempli de chicots noircis. Ses paroles ont résonné à nouveau dans ma tête. C'est toi qui vas être mangée. Comme tout le monde. Il va dévorer toute la colonie. Et puis celles d'Alexandre Bemon: Nous pourrions manger les morts

    Suburra de Carlo Bonini et Giancarlo de Cataldo paru en 2016 aux éditions Métailié/noir est aussi et surtout un quartier pauvre de Rome. Reconnu pour être le lieu de naissance de Jules César et le lieu de débauche de l'impératrice Messaline. Faisons fi de la Rome Antique, ici ! La maffia italienne convoite un projet immobilier qui visera à bétonner le littoral, d'Ostie jusque la capitale italienne. Un récit chaud bouillant dont l'actualité puise à même les faits divers qui se déroulent de nos jours à Rome. De Cataldo réalise, une fois encore, l'un des meilleur roman noir actuel sur le sujet. Je vous emmène à la rencontre des coulisses criminelles de la capitale italienne.

    Extrait: «Ceci est un Mannlicher, fabriqué en 1901 en Autriche. À la différence des pistolets semi-automatiques normaux, le fonctionnement n'opère pas grâce au recul de l'obturateur, mais à cause du déplacement vers l'avant du canon. L'obturateur est, comme on dit, solidaire du châssis: comme tu vois, les cartouches s'insèrent par en haut, et non par le bas. L'arme fut adopté par l'armée autrichienne, qui s'en servit durant la première Guerre mondiale. Par la suite, tombée en désuétude, elle a connu une nouvelle fortune en Argentine. Et de fait, ces cartouches que tu vois sont des Borghi, fabriquées à Buenos Aires en 1947. Au moment du tir, le canon, en partie contenu par un guidon cylindrique, avance, tiré par la friction du projectile et, comprimant un ressort de récupération approprié, expulse la balle.

    Samouraï poussa un profond soupir, pointa le Mannlicher sur le front de Botola et fit feu.»

    Agenda:

    Conférence Tiken Jah Fakoly le samedi 30 à 14:00 au Ciné-Théatre Le Chateau à Montréal ; puis Tiken Jah Fakoly sera en concert le 6 mai au Métropolis pour les 30 ans de Nuits d'Afrique.

  • Émission du 12 avril 2016
    12 avril 2016 | 1 heure

    Mission encre noire Tome 16 Chapitre 216 Une émission militante sur fond de tragédie écologique annoncée. Le chant de la Tamassee de Ron Rash paru en 2016 aux éditions du Seuil est le second roman de l'auteur. La traduction tardive arrive bien après ses succès les plus reconnus. Une jeune femme s'est noyée dans la rivière sauvage, la Tamassee, frontière naturelle entre la Caroline du sud et la Géorgie. Le comté d'Oconee devient le territoire de conflits brutaux entre partisans écologistes et la famille d'un riche homme d'affaire de l'Illinois. Ce second roman nous révèle déjà les grandes lignes de l'écriture et de l'univers sudiste de Ron Rash.

    Extrait: «Il était encore trop tôt pour qu'il y ait beaucoup de touristes, mais Billy était déjà assis dans un fauteuil à bascule sur la galerie branlante de son magasin, un livre à la main et un labrador retriever brun à ses pieds. Il portait une chemise en flanelle déchirée et une salopette délavée. Une barbe noire drapait son menton tels des filaments de mousse espagnole. Il ne manquait à son costume qu'une pipe en épi de maïs. Billy avait un diplôme d'ingénieur agricole de l'université de Clemson et sa famille possédant le plus grand verger de pommiers de la vallée, mais après la fac il avait décidé que sa véritable vocation était d'incarner le personnage de Snuffy Smith, pour plumer les touristes. Il jurait que s'il pouvait trouver un gamin bigleux sachant jouer du banjo il le collerait sur la galerie et augmenterait ainsi son chiffre d'affaire de vingt-cinq pour cent.»

    Seriez-vous friands (es) de thriller d'anticipation chargé d'adrelanine, que Résilience de Yannick Monget paru en 2016 aux éditions De la Martinière vous serait idéalement désigné. L'auteur choisi de nous parler des enjeux autour de l'exploitation du nucléaire dans un roman hypnotisant et ultra documenté. Il est à peu près certains que vous n'y resterez pas insensible, ou du moins,Résilience vous laissera, au mieux, un goût étrange dans la bouche, au pire, un soupir de découragement tangible devant le constat tragique de la dérive de nos institutions à l'égard des dangers qui nous guettent.

    ExtraitUne nouvelle image remplaça la précédente. Les halos lumineux témoignant de la présence des habitants avaient tous disparu. Frédéric tendit son regard pour tenter de comprendre. Les habitants étaient en réalité toujours présents, mais beaucoup moins lumineux, prostrés dans des positions qui ne laissaient guère de doute sur ce qu'il était advenu d'eux...

    - Les photographies aériennes semblent montrer que toute la population de la ville de Kansaï a été décimée entre six heures et demie et dix heures, heure locale, détailla Pochin

    Agenda : Suuns en showcase le 18 avril 2016 à 18 h au magasin Phonopolis à Montréal.

    R.I.P Jim Harrison.

  • Animateur(trice)
    Éric Chouan
  • Animateur(trice)
    Hélène Lefranc
S'abonner